Souriez vous êtes filmé·es
THEMES ABORDES :
Couvre feu - Etat d’urgence
Manifestation Mercredi 16 Novembre
POITIERS, réunion publique le mardi 15 novembre
Couvre-feu sur la nuit sociale
Lille, mardi 22 novembre, à 18h30
Nantes,Rennes, Brest, Laval... samedi 26 nov 2005
PARIS Appel à Rassemblement Urgence sociale dans les Banlieues ! Samedi 12 Novembre 2005 à 17h30 au Pont Saint-Michel
CP de la Coordination Nationale des Sans-Papiers
Tous ensemble, refusons de laisser punir les pauvres
Assignation à la révolte
Contre l’état d’urgence : Saisine citoyenne du Conseil Constitutionnel
Contre les rafles ! désobéissance !
Toulouse manifeste toutes les nuits depuis mardi
Pour les amis de sarkozy, tout va bien en France !
Venise : Consulat de France occupé
Pas de saisine par l’opposition ? Le CC remballe et on garde l’état d’urgence !
Rouen, couvre feu témoignage
Le Havre couvre feu , témoignage
STRASBOURG mardi 15 novembre 2005
a toutes les victimes
Couvre-feu ce week-end à Lyon et dans dix autres communes
Saint Denis 93
Collectif 1011 RDV mercredi 16 nov 18h au département de philosophie de Paris 8
RDV de l’UD 93 CNT dimanche 13 novembre à St Denis 93

RDV de l’UD 93 CNT dimanche 13 novembre à St Denis 93

samedi 12 novembre 2005

La vrai racaille est au pouvoir ! Résistance !

L’UD 93 CNT appelle à un Rendez Vous sur le marché de Saint Denis (Place du 8 MAI 1945) Dimanche 13 novembre à partir de 10H.

Une
assemblée générale, ouverte à tous dans le but
de constituer un réseau contre toutes les formes
de précarité et d’envisager la mise en place
d’actions concrètes, se tiendra le mardi 15
novembre à 20h à la Bourse du Travail de Saint
Denis (Métro Porte de Paris/ Rue Génin).

Les « émeutes » qui se sont répandues en France
n’ont rien d’un « embrasement » et ne sont
manipulées ni par des trafiquants, ni par des « 
islamistes », comme les médias et les politiques
n’arrêtent pas de le répéter. Elles sont
spontanées et bien qu’elles ne portent pas de
projet de société clair, elles sont profondément
politiques !

S’ils ne savent pas très bien ce qu’ils veulent,
ceux qui se rebellent savent ce qu’ils ne
veulent plus : les contrôles généralisés, les
rafles des sans papiers, la répression
policière, les expulsions des logements et du
territoire, le chômage, la précarité, la haine
médiatique et politique, la discrimination sous
toutes ses formes, la violence des institutions
depuis l’école jusqu’aux médias, de la justice
et de la police, la casse de tous les acquis
sociaux qui protégeaient un tant soit peu le
peuple. C’est de là que proviennent d’abord les
violences.

POLICE PARTOUT, JUSTICE SOCIALE NULLE PART

Oui, une violence vient d’en bas et elle se
dresse face à toutes celles qui pleuvent d’en
haut. Toute révolte a été accompagnée de
dérapages. Effectivement, brûler la voiture de
son voisin lorsqu’il subit le même type
d’injustice, ce n’est ni juste ni constructif.

Mais est-ce là le centre de ces événements et la
seule chose qu’il faille en retenir ? Non au
contraire ! Ces événements mettent en lumière des
conditions de vie de plus en plus difficiles,
engendrées par ce gouvernement (et les
précédents !!) et par la précarité mise en place
et planifiée dans tous les domaines :

 La précarité dans le LOGEMENT : loyers
exorbitants dans le privé, attente interminable
sur les listes d’attente du logement
social....alors que des logements sont vides !!

 La précarité dans L’HEBERGEMENT : Les foyers et
strucutres d’acceuil d’urgence sont surchargées.
L’efficacité du « 115 » est dérisoire.

 La précarité dans les CONDITIONS DE SEJOUR en
France : Augmentation des expulsions, énormément
de refus de titres de séjour, Rafles organisées
dans les quartiers populaires.

 La précarité dans L’EMPLOI : dans le privé
comme dans la fonction publique, le recours au
travail précaire se banalise. Dans le privé :
mise en place du Contrat Nouvelle Embauche (2
ans de période d’essai ...), licenciements,
temps partiels..., comme dans le secteur public :
recours aux contrats précaires, licenciements.

 La précarité du côté de LA SANTE : suppression
de l’AME, baisse des remboursements médicaux,
peu de médecins dans les quartiers, hôpitaux
manquant de personnel etc... La liste est
malheureusement longue !

Cette INSECURITE SOCIALE s’associe à une
VIOLENCE POLICIERE et une répression sans merci.
Nous dénonçons les arrestations au faciès, les
coups de pression de la police sur les
quartiers, la justice expéditive, loin des
regards et témoignages (comparutions
immédiates)....

Nous devons soutenir les personnes incarcérées.
Les prisons débordent de pauvres et d’exclus,
nous n’en voulons plus. Aujourd’hui, « l’Etat
d’Urgence » est décrété, il avait été mis en
place pendant la Guerre d’Algérie (1955) et
utilisé contre les révoltes en Nouvelle
Calédonie (1984) : l’Etat prendrait-il les
quartiers populaires pour ses colonies ??

Union Départementale des Syndicats CNT du 93
Bourse du Travail de Saint Denis, 9/11 rue Génin,
93200 SAINT DENIS
Mail : ud93(AT}cnt-f.org
Tables de presse tous les dimanches sur le marché de Saint Denis

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net