Souriez vous êtes filmés

CP de la Coordination Nationale des Sans-Papiers

dimanche 20 novembre 2005, par souriez


Communiqué :

ETAT D’EXCEPTION PROLONGE

OU L’APPLICATION EN CATIMINI DU PRINCIPE ABJECT :

« SI CE N’EST TOI, C’EST DONC TON FRERE » !

La CNSP est extrêmement inquiète de la décision du gouvernement CHIRAC/DE VILLEPIN/SARKOZY d’instaurer l’état d’urgence prolongée, le couvre feu, durant trois mois dans le pays.

La CNSP craint que les amalgames scandaleux continuent associant le mouvement exemplaire des Sans Papiers en lutte avec les dites « violences urbaines », prétextes aux rafles en cours.

Le couvre feu est en effet une occasion en or pour arrêter, rafler, emprisonner et expulser les Sans Papiers.

Le couvre feu est aussi un prétexte en or pour médiatiser d’éventuels arrestations de Sans Papiers qui pourront ensuite être présentés comme des « casseurs délinquants ».

C’est SARKOZY lui même qui fait délibérément l’amalgame. Rappelons que le « victimes » Sans Papiers des incendies criminels parisiens récents avaient été présentés par SARKOZY comme « responsables, coupables ».

Il en est de même avec la révolte de colère des jeunes des quartiers populaires de France trop souvent décrite insidieusement ou parfois ouvertement par le gouvernement et notamment par SARKOZY comme une « violence urbaines de jeunes immigré(e)s ».

Cette technique barbare relève de la « loi de la jungle » décrite dans « le loup et l’agneau » par le poète Jean de la Fontaine : « si ce n’est toi, c’est donc ton frère ». Ainsi on jette en pâture à la vindicte populaire en instrumentalisant les peurs les « noirs, les basanés, les beurs, les musulmans ». Les théories de « choc des civilisations » de Huntington, ce Gobineau des temps du XXIéme siècle made in USA, ne sont jamais très loin dans les pratiques politiques dangereuses de l’actuel gouvernement sous la houlette du ci-devant Ministre de l’intérieur SARKOZY pourtant fils d’immigré.

Sur plus de 3000 adolescents arrêtés, il y aurait « 120 immigrés » en général. Sans aucunement dire combien d’immigrés réguliers et combien de Sans Papiers, l’apprenti sorcier « SARKOZY mêle-tout » lance démagogiquement la nouvelle des « expulsions de casseurs », ce qui bien sûr met dans la tête du commun des mortels l’idée fausse que « ce sont les étrangers, surtout les Sans Papiers qui cassent tout ». Voilà la technique de l’amalgame facile qui fait flamber les « sondages pro-SARKOZY ». On brandit « la lutte contre l’insécurité » pour éluder et masquer « l’insécurité sociale » de la misère, de la précarité, des délocalisations, des licenciements, du chômage, du travail au noir ou clandestin engendrée par les politiques libérales et pro-patronales.

Depuis 9 ans la CNSP organise un mouvement citoyen, démocratique, anti-raciste et antifasciste qui n’est jamais tombé dans la provocation de la « violence ». En fait, ce sont les Sans Papiers qui ne cessent de subir la violence de la répression policière, la violence de l’arbitraire des décisions préfectorales soumises de fait aux quotas de régularisations (peu) et de refus (massifs), aux violences des expulsions parfois de véritables déportations vers la mort certaine scotchés, drogués, etc., et aux violences de longues grèves de la faim pour arracher les papiers.

La CNSP dénonce par avance toutes tentatives de dévoyer notre mouvement par des provocations pour lui coller le label de « violence ». La CNSP déclare qu’elle appelle à une manifestation nationale le samedi 10 décembre à partir de 14h à Paris, journée internationale des droits de l’homme. Mais devant une telle décision grave, la CNSP décide de maintenir la visibilité collective des Sans Papiers dans le respect de la légalité et s’adaptera par conséquence aux horaires fixés par le décret instituant l’état d’urgence pour ses manifestations.

La CNSP demande à tous les collectifs d’en faire de même et d’accroître la vigilance, la discipline dans les manifestations pour contrecarrer toute provocation fasciste ou autre tendant à nuire à notre lutte.

La CNSP dénonce le couvre feu, l’état d’urgence, la loi d’exception et s’indigne que cette mesure gouvernementale s’appuie sur un décret de 1955 dans le cadre de la guerre d’Algérie, décret qui a été utilisé le 17 octobre 1961 par le Préfet PAPON pour massacrer des centaines d’algériens à Paris. L’inacceptable est dans le symbole. PAPON a été un collaborateur de l’occupant Nazi.

La CNSP est prête, dans le respect de la légitimité de la révolte et des revendications des jeunes, à contribuer à l’évolution démocratique, citoyenne des formes contre-productives des émeutes actuelles. Il est possible de lutter sans casser.

La CNSP déclare solennellement sa volonté de maintenir la visibilité collective citoyenne, démocratique des Sans Papiers en lutte.

Coordination Nationale des Sans-Papiers (CNSP) 25, rue François Miron, 75004, Paris - tél : 01.44.61.09.59 - fax : 01.44.61.09.35 -

mail : coordnatsanspap(AT)wanadoo.fr - solidarité financière : compte bancaire N°80187841


+ sur le web

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net