Souriez vous êtes filmés

Living My Life

Emma Goldman

mardi 12 février 2019, par Les Amis d’Orwell

Émission du 8 février 2019 //


JPEG - 59.7 ko

Les éditions l’Échappée ont publié fin 2018 la première traduction, fidèle et intégrale, de l’autobiographie de la grande figure de l’anarchisme Emma Goldman (1869-1940), intitulée "Vivre ma vie". Un ouvrage publié la première fois aux États-Unis en 1931, et qui avait d’abord été adaptée, plus que traduite, en France en 1979...

A cette occasion, nous diffusons une discussion avec l’une des deux traductrices, Laure Batier, réalisée le 18 janvier à la BAM (Bibliothèque associative de Malakoff). Elle raconte d’abord l’histoire de ce livre, le long travail de traduction réalisé avec sa collègue Jacqueline Reuss. A l’arrivée, un très bel objet, un ouvrage de près de 1000 pages.

La vie de Goldman est turbulente. Née dans ce qui est aujourd’hui la Lituanie en 1869, elle réussi à quitter sa russie natale en 1885 pour débarquer à New York. Elle s’introduit très vite dans les milieux ouvriers, participe à de longues grèves et s’émancipe dans l’anarcho-syndicalisme. Elle sera contrainte de retourner en Russie, expulsée par les autorités étasuniennes en 1919, avec son compagnon Alexander Bergman. Elle assiste donc aux débuts de la révolution bolchévique, mais se rend compte assez vite de ses travers, notamment la répression implacable qui sévit dans les milieux anarchistes. Après de longs séjours en Europe (Allemagne, Angleterre, France, puis Espagne en 1936...) ; elle reviendra aux USA en 1934, où elle obtient un court visa de 3 mois (cf l’interview télévisée plus bas), et y refera de courtes apparitions, pour s’éteindre finalement non loin de là, à Toronto au Canada en mai 1940. Elle repose à Chicago, non loin des martyrs du Haymarket, des syndicalistes condamnés à mort suite aux révoltes du 4 mai 1866.

JPEG - 29.5 ko

- Écouter l’émission
- Écouter l’entretien télévisée de 1934 réalisé à New York par une équipe de Paramount (remontage à partir de quelques extraits, dont celui-ci).

Merci à la BAM et à Joël (prise de son), de l’émission L’actualité des luttes sur FPP.

Musiques :
- intro : New Orleans Troublemakers, Emma Goldman (2004)
- pause : Montage de Proletarian Radio, texte de Goldman sur le patriotisme (1911), publié dans le journal Mother Earth, cofondé par Goldman en 1915.
- clôture : Sole, I think I’m Emma Goldman ! (2013)

Documents joints


+ sur le web

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net