Souriez vous êtes filmés

Cinéma le Barbizon

Mercredi 13 avril 2005 à 19h00

projection/débat : Pas lieu d’être

vendredi 8 avril 2005, par souriez


Durant la semaine, retrouvez chaque jour le compte rendu des actions !
Dans le cadre de la semaine anti-vidéosurveillance à Paris, la Coordination anti-vidéosurveillance d’île- de - France présente une soirée autour de « l’urbanisme sous contrôle »
- Projection du film "Pas lieu d’être", un documentaire de Philippe Lignières.
France 2003 Documentaire 52 mn

Au nom de la sécurité et de l’hygiène, un urbanisme de la non-assistance s’organise froidement. Synonyme depuis toujours de civilisation, d’ouverture et de solidarités complexes, la ville se morcelle et se ferme de plus en plus à l’autre. Les victimes auxquelles on pense en premier lieu sont les sans abris. Mais au-delà, c’est toute la façon de vivre dans et de la cité qui en pâtit.

Production : Les Films du sud, France 3 Sud

suivi d’un débat avec Christian Colin, urbaniste, l’association « ne pas plier » et Jean Pierre Garnier, chercheur du CNRS, des étudiants en architecture...


Compte rendu de la soirée

du mercredi 13 avril

La soirée de mercredi soir sur le thème de "l’urbanisme sous contrôle" a eu lieu comme prévu au Barbizon ... Une soixantaine de personnes étaient au rendez-vous. Jean pierre a commencé par présenter l’historique de SVEF ainsi que de la coordination et des raisons pour lesquelles ce débat sur l’aménagement urbain nous semblait important.

S’en est suivi la projection du documentaire de philippe lignieres "pas lieu d’être", qui retrace quelques uns des moyens de contrôle par le biais de l’aménagement urbain (margelles des fontaines toujours humides, grilles empêchant le "squattage" des cages d’escalier, "autoroutes" créé pour traverser les cités et ainsi empêcher toute "ghettoisation"etc ...) et évoque des solutions possibles de convivialité(banquets de rue etc...).

Après le film, trois interventions se sont succédées ... tout d’abord celle de Jean Pierre Garnier, chercheur au CNRS, qui intervenait dans le documentaire et qui a ainsi continué à nous énumérer les autres outils de contrôle urbain existants et la raison pour laquelle on ne pouvait lutter contre ces aménagements sans avoir une vision plus globale de la société actuelle. Le pouvoir des urbanistes actuellement est selon lui très délicat ces temps-ci ! Il prenait notamment l’exemple de plusieurs villes (Marseille, Toulouse) où, la mairie fait modifier, presque en temps réel (!), l’aménagement urbain selon les lieux occupés par des sans logis.

Puis Christian Collin, architecte urbaniste, muni de ses transparents et de nombreux schémas et graphiques (!), nous a présenté quelques solutions de convivialité dans la ville telles que la disparition des automobiles (il nous a notamment montré que le nombre de nos connaissances serait proportionnel à l’absence de bagnoles dans notre périmètre d’habitation).

Enfin, Gilles Pathéa présenté l’association "Ne pas plier"dont il fait partie. Il a ensuite proposé des moyens de réappropriation de la rue tels qu’entourer une place avec du scotch, entre quatre piliers, et ainsi, d’une part coller dessus des photos, des tracts, etc... et d’autre part recréer un espace de liberté...

Après les interventions de chacun, le débat a été animé pendant plus d’1h30.


+ sur le web

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net