Souriez vous êtes filmés

Pas calmé par son Prix Orwell

Bédier récidive

samedi 1er mars 2003, par francis

En février 2002, le maire de Mantes-la-Jolie Pierre Bédier n’avait pas voulu du Prix Orwell que lui avait valu l’installation de caméras de surveillance sur la place principale du quartier du Val-Fourré. "Je ne suis pas concerné" avait-il prétendu. Et lors de la remise du prix, il s’était assez piteusement planqué dans son bureau, refusant même de se montrer au conseil municipal (voir le film). A Mantes on en rigole encore. Pour Bédier par contre, c’est un souvenir plutôt cuisant.


Promu sous-ministre des prisons chez Raffarin, Bédier récidive. Le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) planche sur une "cartographie des endroits à risques sur la commune". "Quand nous saurons où les problèmes se passent, nous trouverons des stratégies de couverture adaptées à ces niches" (sic) déclare le sécuritaire Bédier (cité par Le Courrier de Mantes). L’une de ces "niches" bientôt vidéosurveillées est le boulevard du Maréchal-Juin. Il s’agit tout simplement de la plus grande artère de la ville. Bédier avait financé les premières caméras (un million d’euros) avec des fonds européens PIC URBAN destinés à la "réhabilitation sociale des quartiers". On sait depuis ce que Bédier entend par "réhabilitation sociale". Dans quels fonds sociaux Bédier va-t-il maintenant taper pour financer son nouveau projet ?


+ sur le web

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net