Souriez vous êtes filmés

Eloi, sans foi ni loi

Après l’annulation, refuser la légalisation du fichier

mercredi 14 mars 2007, par souriez

Le fichier Eloi (juillet 2007) a été annulé par le conseil d’état pour défaut de procédure, mais comme bon nombre de fichiers qui fonctionneent illégalement durant des années (voir STIC and C°), le gouvernement espère sa légalisation prochaine sans changer le contenu du fichier...

Voici le Communiqué commun de la CIMADE, du GISTI, d’IRIS et de la LDH


Annulation du fichier ELOI : après la victoire du droit, la CNIL et le Conseil d’État doivent faire prévaloir les droits Communiqué commun de la CIMADE, du GISTI, d’IRIS et de la LDH - 13 mars 2007

Adresse de ce communiqué sur le web

Par une décision rendue le 13 mars 2007, le Conseil d’État a annulé l’arrêté du ministère de l’Intérieur créant le fichier ELOI, destiné à faciliter l’éloignement des étrangers en situation irrégulière.

La CIMADE, le GISTI, IRIS et la LDH, qui avaient formé un recours contre cet arrêté, se félicitent que le Conseil d’État ait rappelé certaines garanties de procédure en matière de constitution de fichiers, et qu’il ait notamment rappelé que, si le CESEDA permet la collecte, l’enregistrement et le traitement informatique de la photographie et des empreintes digitales des étrangers, ces traitements d’identifiants biométriques demeurent soumis à un décret en Conseil d’État pris après avis consultatif de la CNIL.

Les quatre associations constatent par ailleurs que le ministère a été contraint, pendant l’instruction du recours, de battre en retraite sur plusieurs points, notamment en ce qui concerne le fichage des visiteurs : alors que la durée de conservation des données initialement prévue était de trois ans, le ministère a finalement admis que trois mois suffiraient...

La CIMADE, le GISTI, IRIS et la LDH regrettent toutefois que le Conseil d’État se soit contenté d’annuler l’arrêté pour incompétence et n’ait pas jugé utile de répondre aux arguments de fond que soulevait la requête, à savoir le caractère excessif et inadéquat des données collectées au regard de la finalité poursuivie. Si le projet de décret de création du fichier ELOI prévoyait de collecter les mêmes données et pour la même durée que ce qui était prévu par le texte annulé, il serait tout aussi inacceptable que ce dernier.

En toute mauvaise foi, le ministère de l’Intérieur se croit autorisé à déduire de la décision du Conseil d’État qu’elle réfute les arguments de fond des associations, alors que, conformément à son habitude, le Conseil ne les a pas examinés, en privilégiant les motifs de forme de ce contentieux.

Pour la prochaine tentative de création du fichier ELOI par décret, les quatre associations espèrent que la CNIL et le Conseil d’État sauront faire prévaloir le souci de la défense du droit et des libertés contre la tentation du fichage généralisé.

Pour plus de détails, voir :
- La décision du Conseil d’État publiée le 13 mars 2007 http://www.conseil-etat.fr/ce/juris...
- Le dossier d’IRIS sur les fichiers, avec tous les documents relatifs à la procédure de recours en annulation : http://www.iris.sgdg.org/actions/fi...

Contacts :
- LDH (Ligue des droits de l’homme) : Virginie Peron
- GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés) : Danièle Lochak
- CIMADE : Antoine Decourcelle
- IRIS


+ sur le web

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net