Souriez vous êtes filmés

Marseille manifeste

Ni filmé, Ni Fliqué

novembre 2002

Ni Filmé-e-s, Ni Fliqué-e-s ! Les idées sécuritaires de M.Sarkozy font leur chemin à Marseille. Avec l’arrivée de la vidéosurveillance, Marseille va connaître un nouveau tour d’écrou.


Ca y est, M.JC Gaudin nous a sorti son bébé, avec l’aval des élu-e-s socialistes, content de lui. Tout cela est enrobé de belles paroles rassurantes. D’après lui si le résultat est positif, il en mettra 60 ou 80 sur l’ensemble de la ville. Que neni !_tout est déjà organisé pour la mise en place de caméras de surveillance dans les rues St Ferréol, Rome, Paradis, La Canebière, etc. .

Mais qu’on ne vienne pas lui dire qu’il espionne les gens. Son problème est de rétablir un sentiment de sécurité. Si ce n’est que pour répondre à un sentiment c’est que la motivation est autre_Quels qu’en soient les motifs non avoués, lorsque l’insécurité vient à être invoquée de la sorte, il est difficile de ne pas y entendre conjointement le désir d’un pouvoir qui flique et qui désigne « ses » vrais coupables de l’insécurité  : les jeunes, les immigré-e-s, les sans abri, les mendiant-e-s, les prostitué-e-s, etc. ..

Avec les caméras de surveillance, M.JC Gaudin s’attaque aux symptômes et pas aux causes. De la répression, ah ça oui, mais pour ce qui est de la prévention, ça attendra ! Le Conseil Municipal de Marseille du lundi 25 novembre 2002 va décider à sa grande majorité (seul-e-s voteront contre les élu-e-s communistes) d’installer en centre-ville, dans le quartier Noailles, des caméras de surveillance. Seront-elles ultra perfectionnées pouvant pivoter à 360° et faire une photo d’identité à plus de 300 mètres comme c’est le cas à Lyon ? Comment avoir la certitude que ces caméras ne seront pas utilisées pour ficher la population, connaître les modes de consommation, traquer dans les manifestations les appartenances politiques ou encore exclure ? Comme les vies publiques et privées sont désormais enregistrées, ne pourraient-elles pas servir les programmes des futures réalités show ? Les marseillais-e-s ne savent rien, l’opération est opaque ! L’installation de cette télésurveillance n’a fait l’objet d’aucun débat public démocratique. Aucun garde-fou n’est prévu. Dans d’autres villes des comités d’éthique ont été mis en place pour éviter les dérives.

Le périmètre retenu de ce quartier du centre ville démontre que cette installation de télésurveillance s’inscrit dans la politique de recomposition de la Ville conduite par M.JC Gaudin : « D’abord, on exclut par des opérations immobilières, ensuite on nettoie en télésurveillant  ». Les premières victimes de ces « indics » technologiques seront ceux ou celles qui auront été jugé-e-s indésirables par le « télésurveilleur  » en fonction de leurs faciès ou de leurs « look » ou de leurs comportements.

Toute personne perd sa liberté de mouvement. Connecté à un immense réseau de caméras, l’ordinateur se transforme en juge implacable. En conjuguant, au cœur de Marseille, deux principes préoccupants : surveillance et intolérance, ces dispositifs annoncent-ils la fin de la vie privée ? Devant la Mairie de Marseille Lundi 25 novembre 2002 à 14 h Non aux Caméras de télésurveillance !!!!

Motivé-e-s Marseille, LCR, Résister !

—  AC !13 Bât.45 27 rue Charles Morretti 13014 Marseille Telephone : 04 91 58 4 154 - Fax : 04 91 63 03 72 - e-mail : ac.13@free.fr


+ sur le web

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net