Souriez vous êtes filmé·es
THEMES ABORDES :
Grenoble
MINIME INTRODUCTION AUX NANOTECHNOLOGIES
Lettre ouverte à Henri Chabert, un homme qui n’a rien à se reprocher
Grenoble, soutien aux antis biométrie le jeudi 15 Nov
Grenoble : rassemblement le mardi 16 novembre
grenoble
grenoble bis
Libertys, la mise en perspective d’INES
Invitation au procès de Minatec
Vidéosurveillance
L’image des forces de l’ordre - Droit et photographie
La CNIL sonne l’arrêt de la vidéosurveillance à l’école
Sécurité, vidéosurveillance et construction de la déviance : l’exemple du centre-ville de Lyon
Paris sous les caméras
Lois et saisines | COPWATCH Nord - Ile de France
Un comité d’éthique pour faire passer la pilule
Attentifs ensemble !
8eme anniversaire des caméras de Ploërmel
La Loppsi 2 : nouvelle loi sécuritaire adoptée
La réglementation de la vidéosurveillance après la Loppsi 2
action directe contre la vidéosurveillance à Marseille
publicité et reconnaissance faciale
étrange cumul de casquette pour l’une des chefs de la Hadopi
Faites votre marché sans surveillance !
Les Amis d’Orwell, mardi 29 janvier
Paris, lundi 28 mai : inauguration de la caméra de la Place d’Aligre
Les Amis d’Orwell mardi 11 octobre
Les Amis d’Orwell - mardi 24 janvier
Carnaval de Paris - dimanche 19 février
pas de caméras à Nérac

Grenoble : rassemblement le mardi 16 novembre

dimanche 7 novembre 2010

Le 1er mai 2010, au cours de la manifestation, un cortège qui brandit une banderole “la mairie se prend pour big brother : crevons lui les yeux” procède au démontage en règle de deux caméras 360°, cours Jean Jaurès et rue Lesdiguière, sous les applaudissements nourris des autres manifestants. Un beau moment de réappropriation de l’espace public, et un message clair : les habitants de Grenoble ne veulent pas vivre dans un laboratoire policier. Pour ne pas revenir bredouille, la police arrête violemment une personne au hasard dans le cortège voisin, celui des syndicalistes de la CNT. Deux audiences plus tard, la police n’a apporté aucune preuve (logique après une arrestation au hasard), mais la militante de la CNT est toujours dans l’attente du verdict.
Soutenons la personne inculpée, et montrons à la mairie, qui s’est constituée partie civile, que nous ne plongerons pas avec elle dans le délire sécuritaire.
Devant le tribunal de Grenoble a 9 heures (tram cite internationale)

tract Démontons les caméras n°6

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net