Souriez vous êtes filmés

INES,refus et boycott de la carte d’identité biométrique !

jeudi 28 avril 2005, par souriez

La semaine contre la vidéo-surveillance débuta le 11 avril 2005, ce jour là, J-P Raffarin fit une conférence de presse pour annoncer le lancement d’INES, la carte d’identité que ce gouvernement veut nous imposer.

Il est encore temps de réagir, le projet INES est avançé mais c’est toujours en projet ! Les anglais n’ont jamais eut de carte d’identité, et le débat est tellement enragé en angleterre que le gouvernement a du reculer et stopper la carte d’identité.

Refusons et opposons nous au fichage et à la carte d’identité INES et faisons nous entendre, bien sur, les débats sont truqués, et les messages sur le forum des débats internet censurés, un peu comme pour le referendum à l’europe ou les contestataires sont jugés rétrogrades et ou les opposants sont censurés sur les grands médias !

Rappelons nous qu’IBM équipait et gérait les ordinateurs des camps de concentration nazis avec des fiches pour chaque prisonnier et suivant les traitements qui leur étaient infligés mais qu’alors le contrôle informatisé de la population est aussi passé par des questionnaires anodins ou l’on notait des informations sur les personnes. voir le livre IBM et l’holocauste, d’Ewin Black(article) ainsi que le film "the corporation".

Rappelons nous que la police française oeuvra main dans la main avec la gestapo, il n’y a pas si longtemps que cela, en fichant ceux qui ètaient gênants et en envoyant à une mort certaine des enfants et des adultes.

Résistance !


article reproduit de indymedia-paris indymedia-paris

nouvelle carte d’identité...

"INES prévoit en effet la création de deux vastes fichiers nationaux. Le premier regroupera les empreintes digitales de tous les ressortissants français. Le second, leur image faciale numérisée"

-> concrétement çà veut dire quoi ?

La biométrie, c’est l’automatisation du controle. c’est à dire le controle sans le choix de s’y soumettre. Présenter (ou non) ses papiers, c’est acte de de volonté : on acquiesce ou pas. Là c’est différent. Vous passez, on enregistre...

La collecte, automatisée.

1) La carte sera munie d’une puce interrogeable à distance (à la navigo).

il existe des contre-mesures simples, mais c’est déjà problématique puisque cela va définir un écart : la puce ne répond pas ? On controle...

2) l’image faciale.

image faciale numérisée, çà veut dire quoi ? une signature numérique du visage, qui sera compilée dans une banque de donnée. L’intérêt ? La vidéosurveillance. Mais pas le controle a posteriori, comme on va le vendre (à fins d’enquète judiciaire...) mais a priori (maintien de l’ordre).

L’oeil de la caméra ne dort jamais : enregistre l’image, décode l’identité, et reporte le déplacement.

Le traitement, en temps réel

1) La puissance de calcul a explosé ces dix dernières années. elle continuera vraisembablement sa croissance exponentielle dans les dix années à venir (en terme de performance brute et de rapport performance/coût), idem pour les solutions de stockage. 2) de la même manière les outils d’interrogations des bases de données, recoupées, sont de plus en plus fins et rapides.

La dissémination, le goulot d’étranglement "démocratique" ?

Il est évident que la CNIL va se coucher (elle ne peut faire que des recommendations par ailleurs), dune part. D’autres part les seules garanties qui sont avancées sont d’ordre réglementaires/législatives sur l’utilisation de l’information qui sera encadrée : en face d’un dispositif technique, on va mettre des barrières de...papier.

C’est à dire que la seule chose qui protégera le citoyen de l’abus (toujours des abus isolé, jamais de système bizarrement), sera.. la confiance qu’il porte en son gouvernement et son administration. Etonnant, non ?

A présent contrefait, futur usurpé.

Portfolio


+ sur le web

Réseaux citoyens
  • ::Refusons de donner les pleins pouvoirs à l’équipe Macron
  • :: « M. MACRON PRÉPARE UN COUP D’ÉTAT SOCIAL » - Le mardi 6 juin 2017, Jean-Luc Mélenchon était l’invité du 20H de TF1. Il a parlé de la destruction du code du travail par ordonnances que prépare Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a ainsi dénoncé le "coup d’État social" préparé par le président de la République et a appelé à ne pas lui laisser les pleins pouvoirs aux élections législatives. Le porte-parole de la France insoumise a enfin adressé un message aux électeurs FN en les appelant à être "fachés mais pas fachos" et à considérer que le problème était "le banquier, pas l’immigré". #RDLS30 : MÉDIAS, LOBBIES, FERRAND, MONSANTO, TRUMP-CLIMAT, THOMAS PESQUET - Dans ce 30e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient sur la manière dont est traité Emmanuel Macron dans les médias et dont, à l’inverse, est traitée la France insoumise. Un traitement médiatique qui ne doit rien au hasard à l’approche des élections législatives. Il traite également de l’affaire Ferrand et de la présence de nombreux lobbyistes au gouvernement. Jean-Luc Mélenchon parle ensuite des « Monsanto-Papers » et du scandale du glyphosate. Il analyse ensuite la sortie des États-Unis de l’accord sur le climat après la décision de Donald Trump. Il salue enfin le retour de Thomas Pesquet sur terre après sa mission de 6 mois sur la station spatiale internationale.
  • Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
    squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net