Souriez vous êtes filmés
THEMES ABORDES :
Base élèves
Mercredi 13 avril 12h15+ACTION SURPRISE !
Base élèves : compte rendu du rassemblement à Toulouse
Appel au boycott du système de l’Education nationale nommé base-élèves
Pétition pour le retrait de Base-élèves
On vous fiche, ne vous en fichez pas
Base Elèves : saisine de la CNIL par des syndicats
Refusons Base élèves
Réunion nationale de résistance au fichier Base Elèves
Le RNIE nouveau est arrivé...
Résistons à base-élève !
Les Amis d’Orwell mardi 5 avril
TOULOUSE, rassemblement pour le retrait de Base élèves
CREIS Fichage, questions aux candidats
témoignage : base eleve c’est en route - que faire ?
Toulouse
Plaidoirie à Toulouse
Débat à Toulouse 17 janv 03
Toulouse manifeste toutes les nuits depuis mardi
Concert et manif en soutien aux interpelléEs du 15 novembre
Vélorutionnaires
Fête d’OEKOUMENE (toulouse)

TOULOUSE, rassemblement pour le retrait de Base élèves

vendredi 30 mai 2008

TOULOUSE

RASSEMBLEMENT – GOÛTER SAMEDI 14 JUIN 2008 à 16h00

métro Capitole

École : les enfants sont fichés

Ne vous en fichez pas !

http://www.truc.abri31.org/-Non-a-B...

Depuis 2004, dans les écoles, se met en place un fichier informatique appelé « Base élèves ». C’est un outil dans lequel chaque enfant se voit attribuer un numéro (identifiant national), et son dossier contient de multiples données concernant sa scolarité, ses difficultés, ses besoins éducatifs (données jusqu’ici confidentielles) et une partie de sa vie familiale.

Des outils informatiques existent déjà pour la gestion des écoles mais ils ne sont pas centralisés ni partageables.

Il s’agit de fichiers dont les données ne sortent pas de l’école. Or Base élèves est un fichier national, centralisé. Les données seront partageables avec le maire de la commune et les autorités académiques.

Aujourd’hui, l’administration entend passer en force pour généraliser ce dispositif : pressions et sanctions sur les directeurs qui refusent de participer à ce qui n’est encore qu’une expérimentation.

« Base élèves » se met en place dans un contexte particulier :
- les rapports Bénisti et de l’INSERM préconisant le suivi des enfants dès l’âge de 3 ans afin de repérer les « comportements déviants »,
- la loi sur la prévention de la délinquance du 5 mars 2007 qui autorise le partage d’informations entre acteurs sociaux, professionnels de santé, enseignants, policiers et magistrats.

D’ailleurs, en Haute- Garonne, l’Inspection académique reconnaît formellement dans une note du 22 avril 2008 que Base élèves lui servira de support pour appliquer cette loi (« avertissement » aux parents défaillant à l’assiduité scolaire de leur enfant) !

- en juin 2007 : l’accès à « Base élèves » a montré des défaillances de sécurité très importantes,
- arrestation de parents sans papiers à la sortie des écoles,
- loi Hortefeux et amendement Mariani qui autorise les tests ADN.
- décret du 14 février 2008 relatif au « traitement automatisé » de l’absentéisme scolaire.

A quoi peut servir « Base élèves » ? En aucun cas à améliorer la réussite scolaire des élèves. Par contre, c’est un outil idéal pour un contrôle renforcé de la population, par la centralisation et le partage d’informations à caractère personnel entre différentes institutions.

Il ne fait aucun doute que les données de ce fichier pourront être utilisées un jour par une administration autre que l’Éducation Nationale, voire par la police.

Avec l’interconnexion des fichiers, les espaces de vie privée disparaissent les uns après les autres. La Ligue des droits de l’Homme souligne que « depuis plusieurs années, le nombre de fichiers informatisés considérés comme indispensables par les autorités administratives est en constante augmentation. Force est de constater que la plupart de ces fichiers ont été détournés de leur objectif initial d’outils administratifs pour se transformer en instruments de contrôle social ».

Que faire ?

Plusieurs mairies ont déjà pris position pour le retrait de « Base élèves » : Grenoble, Paris, Pau, Rodez, Toulouse. Dans la Haute-Garonne les municipalités de Castanet, Cintegabelle, Donneville, Lamasquère, Palaminy, Ramonville, Saint-Orens ont refusé d’utiliser ce logiciel. Dans beaucoup d’écoles de Toulouse, des parents d’élèves ont refusé de donner les informations personnelles permettant de faire fonctionner ce fichier. Il faut aller plus loin et demander à ce que nos enfants soient retirés de Base élèves. Faisons appliquer le droit au respect de la vie privée et le droit à la protection des données individuelles ! Refusons le fichage généralisé des enfants et de leurs familles !

Journée nationale de mobilisation pour le retrait de Base élèves

RASSEMBLEMENT – GOÛTER SAMEDI 14 JUIN 2008 à 16h00 métro Capitole École : les enfants sont fichés Ne vous en fichez pas !

Collectif Toulouse-Libertés, FCPE, FSU, Ligue des droits de l’Homme, RESF, CGT Education, Syndicats des Avocats de France, SNUipp/FSU, SUD Education, SNPES-PJJ/FSU, CRI, Syndicat de la Magistrature, Confédération Syndicale des Familles, MRAP, Collectif Résistance à la Délation, Association des Psychologues de l’Éducation Nationale-APSEN 31, ICEM 31

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net