Souriez vous êtes filmés

Non à la saisie informatique des pauvres !

Le secret partagé n’est plus un secret, il est trahison.

lundi 25 septembre 2006, par souriez

Communiqué Sud santé social du 63

Soixante huit assistants sociaux de la fonction publique territoriale travaillant au Conseil général du Puy-de-Dôme sont menacés d’être mis à pied avec suspension de salaire pour une durée d’un jour (avec inscription de la sanction au dossier administratif pendant 3 ans).

Motif de la sanction annoncée : ils ont refusé, collectivement et conformément à leur code de déontologie, de rentrer informatiquement des données individuelles à caractère social pouvant être préjudiciables aux intéressés.


De plus la saisie de ces données administratives constitue une tâche chronophage qui éloigne les assistants sociaux du coeur de leur métier.

Les méthodes administratives préconisées par le Ministre de l’Intérieur semblent donc avoir convaincu le Conseil Général du Puy-de-Dôme. Le goût du fichage informatique et des sanctions exemplaires aussi.

Des sanctions collectives de cette ampleur, c’est du jamais vu dans le Puy-de-Dôme ! Espérons qu’un sursaut de bon sens politique illuminera le Conseil Général (à majorité PS) dans cette affaire hautement symbolique.

Le Syndicat SUD Santé-Sociaux 63 apporte son soutien à tous les assistants sociaux menacés et les félicitent pour leur _ professionnalisme courageux.


Vous aussi vous pouvez vous associer au soutien et réagir :
http://www.puydedome.com/Contacts-384.html?1=1

Conseil général du Puy-de-Dôme
Hôtel du département
24, rue Saint-Esprit
63033 Clermont-Ferrand Cedex 1
Téléphone : 04 73 42 20 20
Fax : 04 73 42 20 04.

Dans vos messages demander :
- Le retrait immédiat des procédures disciplinaires.
- La réorganisation des tâches administratives actuellement confiées aux travailleurs sociaux.
- L’ouverture d’une réflexion avec les travailleurs sociaux sur l’informatisation des données qui respecte la confidentialité des personnes et l’éthique du travail social.
- L’abandon des politiques de contrôle social des populations défavorisées au profit d’une véritable politique sociale de lutte contre la précarité et l’exclusion.

Très Important : envoyer copies de vos messages à : Tél. Fax : 04 73 93 63 38

Mail : sud.cg63(AT)wanadoo.fr

Communiqué de l’intersyndicale d’appel à la grève le 28 septembre

68 assistantes sociales du Conseil Général du Puy de Dôme sous le coup de procédures disciplinaires.

Après plusieurs mois de conflits sur le refus de la saisie informatique de la procédure liée contrats RMI (saisie confiée auparavant au secrétariat), en dépit des propositions faites par les travailleurs sociaux, le Conseil Général a engagé une procédure disciplinaire à l’encontre de 68 assistantes sociales.

Cette mesure arrive dans un contexte global de réorganisation du travail social au sein du Conseil Général : mise en place de la nouvelle territorialisation, basée sur le renforcement de l"encadrement sans moyens suplémentaires pour le travail de terrain et pour répondre aux besoins des populations en difficulté. Cette réorganisaton a été totalement imposée malgré un mouvement important de contestation. C’est dans ce contexte de mépris de la parole des professionnels de terrain, que les travailleurs sociaux ont refusé cette tâche qui se surajoute à des tâches administratives déjà dévolues aux travailleurs sociaux, au détriment du temps consacré à l’écoute et à l’accompagnement des personnes et à terme au détriment de l’emploi (moins de posyes de secrétaires) et de la qualification des métiers (glissement des tâches, confusion des rôles).

Ces sanctions arrivent dans un contexte politique et institutionnel de renforcement du contrôle social, de débat sur le projet de loi sur la prévention de la délinquance, de mise en place de lois liberticides en réponse au malaise des quartiers populaires et des banlieues, au développement de la précarité et de l’exclusion sociale.

Aujourd’hui le Conseil Général veut donner l’image de travailleurs sociaux qui se battent contre quelques minutes supplémentaires de travail administratif. A qui veut-on faire croire que ce motif mobilise une telle détermination de leur part ? Comment un enjeu aussi dérisoire peut-il justifier que le conseil Général engage une procédure de sanction disciplinaire collective ?

L’Assemblèe Générale du 21 septembre 2006 soutenue par l’intersyndicale FO, CFDT, SUD a voté à l’unanimité l’appel à une journée de grève et de mobilisation le jeudi 28 septembre 2006 et appelle tous ceux et celles qui le souhaitent a manifester leur soutien. en envoyant des messages de protestation. La CGT vient de rallier le mouvement et appelle à la grève. L’ANAS en congrès ce week-end a décidé d’apporter son soutien aux AS du CG 63 et d’intervenir auprès du Conseil Supérieur du Travail Social et auprès de la Direction ministérielle de l"Action Sociale sur la remise en cause déontologique du travail social.


voir également
http://www.abri.org/antidelation/


+ sur le web

Réseaux citoyens
  • ::Refusons de donner les pleins pouvoirs à l’équipe Macron
  • :: « M. MACRON PRÉPARE UN COUP D’ÉTAT SOCIAL » - Le mardi 6 juin 2017, Jean-Luc Mélenchon était l’invité du 20H de TF1. Il a parlé de la destruction du code du travail par ordonnances que prépare Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a ainsi dénoncé le "coup d’État social" préparé par le président de la République et a appelé à ne pas lui laisser les pleins pouvoirs aux élections législatives. Le porte-parole de la France insoumise a enfin adressé un message aux électeurs FN en les appelant à être "fachés mais pas fachos" et à considérer que le problème était "le banquier, pas l’immigré". #RDLS30 : MÉDIAS, LOBBIES, FERRAND, MONSANTO, TRUMP-CLIMAT, THOMAS PESQUET - Dans ce 30e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient sur la manière dont est traité Emmanuel Macron dans les médias et dont, à l’inverse, est traitée la France insoumise. Un traitement médiatique qui ne doit rien au hasard à l’approche des élections législatives. Il traite également de l’affaire Ferrand et de la présence de nombreux lobbyistes au gouvernement. Jean-Luc Mélenchon parle ensuite des « Monsanto-Papers » et du scandale du glyphosate. Il analyse ensuite la sortie des États-Unis de l’accord sur le climat après la décision de Donald Trump. Il salue enfin le retour de Thomas Pesquet sur terre après sa mission de 6 mois sur la station spatiale internationale.
  • Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
    squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net