Souriez vous êtes filmés

La rétention de données n’est pas une solution !

présentation du texte le 12 octobre

mercredi 5 octobre 2005, par souriez

Le Conseil des ministres européens a bouclé un projet de décision-cadre sur la protection des données personnelles, traitées en cas d’enquête pénale et de coopération entre les polices et les justices de nombreux États. Le texte a été transmis à la Commission européenne et devrait être officiellement présenté le 12 octobre, lors du prochain conseil Justice et Affaires intérieures.


La rétention de données n’est pas une solution !

Les ministres européens de la Justice et la Commission européenne veulent conserver toutes les données de trafic de téléphonie et internet des 450 millions de résidents Européens. Si ces projets vous préoccupent, signez la pétition.

Quel est le problème avec la rétention de données ? La rétention des données de trafic révélerait qui a téléphoné ou envoyé un courrier électronique à qui, quels sites web les gens ont consulté et même où ils étaient avec leurs téléphones mobiles. Les compagnies de téléphone et les fournisseurs de services Internet auraient l’obligation de conserver toutes les données de trafic de leurs abonnés. Les services de police et de renseignement d’Europe se verraient autoriser l’accès aux données de trafic. Plusieurs propositions différentes présentées à Bruxelles font état de périodes de rétention allant de 6 mois jusqu’à 4 ans.

La rétention de données est un outil intrusif qui interfère avec la vie privée de l’ensemble des 450 millions de personnes résidant au sein de l’Union européenne. La rétention de données est une politique qui étend sans précédent les pouvoirs de surveillance. Elle constitue dans le même temps une révocation de plusieurs des garanties présentes dans les instruments européens de protection des droits de l’homme, tels que les Directives sur la protection des données personnelles et la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme.

La rétention de données signifie que les États peuvent interférer dans votre vie privée et vos communications privées, indépendamment du fait que vous êtes suspecté d’une infraction pénale ou non.

La rétention de données n’est pas une solution au terrorisme et à la criminalité !

En juillet 2005 le Parlement européen a adopté un rapport du parlementaire Alexander Alvaro sur le projet de rétention de données obligatoire. Le rapport conclut que la proposition est disproportionnée. Le rapport remet aussi en cause la nécessité, l’efficacité et les coûts importants engendrés pour l’industrie des télécommunications et pour les utilisateurs.

Aucune recherche a été conduite nulle part en Europe pour conclure à la nécessité et au besoin de créer de telles bases de données à large échelle contenant des données aussi sensibles dans l’objectif de lutter contre la criminalité et le terrorisme.

Les attentats de Londres constituent une atteinte aux droits de l’homme. La protection de ces droits de l’homme importe d’autant plus en temps de crise pour les États et les sociétés. La pire réponse possible serait de compromettre, par une réaction inspirée par la panique, ces droits consciencieusement définis. Une réponse à la terreur en termes de surveillance massive résulterait en un succès retentissant pour les responsables de tels attentats : un ébranlement fondamental de nos valeurs les plus fondamentales.

Que pouvez-vous faire pour stopper ce projet ?

Si le projet européen de rétention des données vous préoccupe, [signez la pétitionhttp://www.dataretentionisnosolutio... ?lang=fr] et alertez autant de personnes que vous le pouvez en vue de soutenir cette campagne. Les signatures seront envoyées à la Commission européenne et au Parlement européen.

(1) Cette pétition est présentée en plusieurs langues, sur le site de souscription http://www.dataretentionisnosolution.com/

intro extraite de : http://www.zdnet.fr/actualites/inte...


+ sur le web

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net