Souriez vous êtes filmés

Ecoutez les Amis d’Orwell

samedi 28 juillet 2007, par souriez

Les Amis d’Orwell est une émission bimensuelle diffusée sur Radio Libertaire le vendredi de 21 h à 22 h 30. L’émission a été créée au début de l’année 2007 par l’association Souriez vous êtes filmé-e-s pour faire entendre la voix des opposants à la construction d’un État de plus en plus policé.


La référence à l’écrivain George Orwell est délibérée. Notre ligne éditoriale s’appuie sur les ouvrages de l’auteur qui a constamment dénoncé les atteintes aux libertés, qu’elles soient générées par le système capitaliste ou les États totalitaires. Pendant la guerre d’Espagne, dont il parle longuement dans Hommage à la Catalogne, il s’engage aux côtés des anarchistes du Poum. Il réalise à cette époque que « les communistes sont les plus à droites et qu’ils sont plus pressés que les libéraux eux-mêmes de chasser les révolutionnaires ». Pendant la Guerre froide, il fait partie de ces rares militants à refuser de choisir son camp entre les Staliniens et les libéraux. Dans 1984, son dernier livre, il élabore un roman politique intemporel et universel, annonciateur de la société d’aujourd’hui. L’inventeur de Big Brother et de la surveillance par télé-écrans ne serait pas surpris de découvrir les caméras de vidéosurveillance et les puces RFID qui s’immiscent dans notre vie quotidienne avec le pass-Navigo. Il décrit aussi dans cet ouvrage l’utilisation par le pouvoir de la Novlangue pour empêcher les masses de réfléchir. « La guerre, c’est la paix » se traduirait par exemple de nos jours par « La vidéosurveillance, c’est la vidéoprotection ». L’émission informe sur la société de surveillance et ses technologies de contrôle (vidéosurveillance, biométrie, les nanotechnologies, etc.) en présentant des militants, mais également des auteurs d’ouvrages ou des artistes qui traitent de ce sujet. Des reportages sur des actions antisécuritaire ou des interviews sont diffusés en fonction de l’actualité.
Nous abordons la société de contrôle à travers des exemples de la vie quotidienne (délit d’outrage, biométrie, etc.) ainsi que des réflexions sociologiques et politiques. Comment ce système se met-il en place et pourquoi ?


Présentation des émissions diffusées

Vendredi 3 juin 2016

Invités : des militants d’assemblées locales qui émergent deux mois suite à l’opposition contre la loi travail. On trouve des Nuits debout en banlieue comme à Saint-Denis (93) ou Malakoff (92), mais aussi dans les quartiers populaires de Paris, place des Fêtes par exemple. Les assemblées interprofessionnelles rassemblent syndiqués et non syndiqués, salariés ou chômeurs pour des actions de blocage de l’activité économique, de soutien aux grévistes ou pour sensibiliser au projet indécent de la loi travail.

Ecouter l’émission

Vendredi 20 mai 2016

Interdictions de manifester, multiplication des arrestations sans motif sérieux, manifestants pris en nasse par les CRS et gazés, la répression policière s’accentue ces dernières semaines contre les opposants à la loi El Khomri. L’instauration de l’État d’urgence et ses prolongations facilite le travail des forces de l’ordre. Nous ferons le point sur la situation avec des témoignages de militants.

Ecouter l’émission

Vendredi 6 mai

Invités : des membres du collectif pour le Triangle de Gonesse qui militent contre le projet Europacity, un grand complexe commercial et de loisirs qui doit être implanté entre les aéroports de Roissy-CDG et du Bourget, sur des terres agricoles.

Ecouter l’émission

Vendredi 8 avril

Invitée : Anne Steiner, sociologue à Paris X Nanterre. Elle nous parlera des violences policières à la Belle Époque. Archives militantes, cartes postales… la sociologue a reconstitué les grèves et manifestations des ouvriers du début du siècle dernier. Elle a écrit deux ouvrages sur le sujet : Le Temps des révoltes, une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque » (L’Échappée, 2015) et Le Goût de l’émeute : manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « Belle Époque » (L’Échappée, 2012).

Ecouter l’émission

Vendredi 11 mars 2016

Invités : des habitants de Chez Désiré, appelé aussi "la maison rouge", squat ouvert à Saint-Denis (93) il y a deux mois, et agressés régulièrement par de gros bras qui veulent les déloger. Gazage, vitres brisées, portes fracassées, tous les moyens sont utilisés pour faire fuir les occupants qui ont pourtant emménagé dans cette maison abandonnée depuis plusieurs années.

Qu’est-ce qu’un squat, qui sont ses occupants, pourquoi s’approprient-ils illégalement des logements vacants ? Rencontre avec des militants qui défendent l’appropriation illégale des logements vacants et le droit de vivre autrement.

Ecouter l’émission

Vendredi 26 février

A la veille de la mobilisation de soutien aux agriculteurs menacés d’expulsion à Notre-Dame-des-Landes, retour sur la lutte et les enjeux autour du projet de construction du second aéroport de Nantes. Diffusion d’un reportage sur la faune et la flore de ce bocage, réalisé par Les Amis d’Orwell.

Vendredi 12 février

Invités : des membres de Cadecol (Caisse d’auto-défense collective) qui ont rééditer l’ouvrage de Elie Escondida et Dante Timélos Face à la police / face à la justice, Syllepse, 188 pages, 1re édition 2007, réédition 2016). Mail : cadecol@riseup.net

Ecouter l’émission

Vendredi 29 janvier 2016

Invités : Nathalie et Alain de la CNT éducation et membres du collectif Stop à l’état d’urgence qui appelait avec le collectif Nous ne cèderons pas à manifester samedi 30 janvier.

Ecouter la 1re partie de l’émission

Puis diffusion de l’interview du réalisateur Malek Bensmaïl pour son documentaire Contre-pouvoirs, sorti en salle cette semaine. Une plongée dans la rédaction du quotidien francophone El Watan en Algérie.

Ecouter la 2nde partie de l’émission

Vendredi 15 janvier

Notre-Dame-des-Landes (44) et Bure (55), deux territoires en lutte contre les grands projets inutiles. Les paysans de la région nantaise refusent depuis près de 50 ans la construction de l’aéroport du Grand Ouest. Ceux de la Meuse subissent depuis bientôt 20 ans l’expropriation de leurs terres en vue de la création du centre d’enfouissement des déchets nucléaires. Ils ont débattu à Bure du 1er au 10 août 2015, dans le camp action climat autogéré installé pour cette occasion. Les Amis d’Orwell proposent d’écouter des extraits des enregistrements réalisés cet été, au moment où l’actualité remet sur le devant de la scène le projet d’aéroport avec la procédure d’expulsion des derniers habitants historiques de Notre-Dame-des-Landes.

Ecouter l’émission

Vendredi 1er janvier

Rediffusion de l’émission du 27 mars 2015. Qui était Eric Blair alias George Orwell ? A l’occasion de la sortie du livre Une vie en lettres, correspondance (1903-1950) chez Agone en 2014, nous avons consacré deux émissions à cet écrivain emblématique de nos rendez-vous bimensuels. La première émission du 27 mars était consacrée à sa vie avec des extraits de la rencontre (le 2 octobre 2014 à la librairie Le Comptoir des mots à Paris) en compagnie de Bernard Hœpffner, le traducteur du recueil, et Jean-Jacques Rosat, maître de conférences en philosophie au Collège de France et directeur de la collection Banc d’essais qui présente cette "véritable autobiographie épistolaire". L’émission du 10 avril était dédiée à la pensée politque de George Orwell. Nous avons reçu Jean-Jacques Rosat, qui a écrit plusieurs articles et dirigé de nombreux ouvrages sur l’écrivain.

Vendredi 18 décembre

Retour sur deux semaines d’assignation à résidence avec Joël, militant anticapitaliste. Comme 24 autres assignés, il a subi sans aucun jugement cette mesure d’exception, rendue possible par l’État d’urgence, pendant toute la durée de la Cop 21.

Ecouter l’émission

Vendredi 4 décembre

État d’urgence ? Non : urgence d’État. Les procédures d’exception annoncées au lendemain du 13 novembre frappent dur et fort. Les dernières manifs interdites à Paris ont aussi été saluées comme il se doit par les forces du désordre. Et une trentaine de militants anticapitalistes engagés dans les actions contre la COP21 ont subi l’insigne honneur d’être assignés à domicile pour "menaces de troubles à l’ordre public". Certains d’entre eux s’exprimeront dans les Amis d’Orwell.

Ecouter l’émission

Vendredi 20 novembre

Rencontre avec Vincent Lapize, le réalisateur du documentaire Le Dernier Continent, dans les salles en ce moment. Une plongée dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes.

Les Zadistes de Notre-Dame-des-Landes occupent toujours cette zone de 1650 ha située au Nord de Nantes. L’opposition à la construction d’un aéroport reste vive, deux d’entre eux sont venus accompagner la sortie du film Le Dernier Continent de Vincent Lapize la semaine dernière au cinéma parisien L’Espace Saint-Michel. Ce documentaire, ils l’ont soutenu pendant les deux années de tournage entre 2012 et 2014.

Vincent Lapize a suivi ces occupants, squatteurs et agriculteurs, parfois en désaccord mais réunis par une utopie concrète, vivre dans cette zone au plus près de la nature et loin de cette société de consommation, "Babylone" comme ils l’appellent. Ce film donne la parole aux habitants, les montre dans leur vie quotidienne souvent précaire mais en symbiose avec leur environnement. Vincent Lapize filme la faune, la flore et les animaux domestiques, omniprésents. Les images restituent ces plaisirs simples, laissant au second plan la confrontation avec les gendarmes, qui a duré plusieurs mois. Les pelleteuses détruisent les cabanes, les fermes mais ne les découragent pas. Après le départ des gendarmes, c’est au tour de la reconstruction, portée par les rêves.

Et la mobilisation continue jusqu’à Paris, avec les marches des luttes des territoires, maintenues malgré l’état d’urgence. Tous les rendez-vous sur le site de l’Assemblée parisienne contre la Cop

Ecouter l’interview de Vincent Lapize

Vendredi 7 novembre

MAIN BASSE SUR LA VILLE, enjeux et conséquences de la rénovation urbaine en région parisienne et à Marseille. C’est le thème de la projection-débat qui aura lieu à Saint-Denis samedi 7 novembre avec les documentaires Paris grand capital de François Lathuillière et La Fête est finie de Nicolas Burlaud. À cette occasion, nous avons décidé d’inviter les deux réalisateurs et les organisateurs de la soirée. Nous entendrons l’interview de Nicolas Burlaud : son film, qui sort en salle cette semaine, a été tourné pendant l’événement Marseille capitale culturelle 2013 qui a duré une année. François Lathuillière sera présent pour nous parler de son film et du Grand Paris.

Ecouter l’émission

Vendredi 23 octobre

COP 21 et Objecteurs de croissance. A quelques semaines de la grande conférence mondiale sur le climat (29 novembre - 4 décembre, au Bourget près de Paris), les Amis d’Orwell discutent ce soir avec Alain et Christine, deux membres du Mouvement des objecteurs de croissance (MOC), qui viennent de publier un texte très explicite sur ce qu’ils attendent de cette grande foire du climat. Quand on parle du réchauffement de la planète, il est aussi question de la course énergétique et des grands pollueurs de la planète – qui se trouvent être, par le plus grand des hasards, les "partenaires" et sponsors de la COP 21, comme le montre la manifestation "Solutions 21" qui se déroulera sous les ors du Grand palais, du 4 au 10 décembre.

http://www.les-oc.info/2015/10/cop-... http://www.solutionscop21.org

Ecouter l’émission

Vendredi 9 octobre

Deux invités des collectifs Notre parc n’est pas à vendre et le Collectif pour la défense du parc de la Courneuve qui s’opposent au projet Central Park de l’architecte et urbaniste Roland Castro de construction de 24 000 logements.

Ecouter l’émission

Erratum : dans l’extrait du reportage (début 5 min 01), il s’agit de Roland Castro et non de Marc Rozen-Blat, promoteur du projet de l’architecte.

Vendredi 17 juillet

Reportage fin avril dans le quartier libertaire de Exarchia à Athènes Ecouter le reportage

Vendredi 3 juillet

Les camps antiautoritaire et anticapitaliste de cet été Ecouter l’émission

Vendredi 19 juin

Deux ans après les premières secousses de l’affaire Snowden, le droit français s’est enfin mis au diapason : surveillance généralisée pour tout le monde, car nous sommes tous potentiellement terroristes et préventivement djihadistes !

La loi sur le renseignement sera définitivement adoptée les 23 et 24 juin prochain. Sénat et Assemblée nationale se sont entendus à merveille mardi dernier pour enterrer ce qu’il restait encore de nos maigres libertés individuelles. (http://www.liberation.fr/societe/20...)

L’équipe des Amis d’Orwell a reçu Pierre Tartakovsky (président d’honneur de la LDH) et représentant de l’Observatoire des libertés numériques (OLN) ; Dominique Pradalié (Syndicat national des journalistes), et un membre de la rédaction de Reflets.info, un site d’information très au fait des techniques de surveillance de masse concernées par le projet de loi.

Ecouter l’émission

Vendredi 5 juin

Interview de Jocelyne Porcher, directrice de recherches à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), pour son livre Vivre avec les animaux, une utopie pour le xxie siècle (La Découverte, 2011).

Dans notre monde radicalement artificialisé, seuls les animaux, en nous rappelant ce qu’a été la nature, nous permettront peut-être de nous souvenir de notre propre humanité. Mais saurons-nous vivre avec eux ? Le voulons-nous encore ? Car l’abattage de masse des animaux, considérés comme simples éléments des « productions animales », leur inflige une terreur et une souffrance insoutenables, tout en désespérant les éleveurs. Qu’est-ce que l’élevage ? Quelles différences entre « élevage » et « productions animales » ? Quelle est la place de la mort dans le travail avec les animaux ? Peut-on améliorer leur sort dans les systèmes industriels ? Faut-il « libérer les animaux » comme le proposent certains philosophes ? En répondant ici à ces questions, Jocelyne Porcher explique en quoi la capacité des hommes à coexister pacifiquement dépend de leur capacité à vivre en paix et dignement avec les animaux. Et pourquoi, dès lors, sauver l’élevage en évitant son assujettissement au système d’exploitation et de mise à mort industrielles pourrait être une des plus belles utopies du XXIe siècle.

Ecouter l’émission

Vendredi 22 mai

Visibilité, fluidité, efficacité, productivité… traçabilité !

Outils de travail collaboratif, réseaux sociaux d’entreprises, fluidité des échanges dans l’entreprise : autant d’injonctions à la "visibilité" des employés vis-à-vis de leur hiérarchie. Le e-management tend toujours à déposséder l’employé de ses savoir-faire et de son expérience, mais comment ces mesures sont-elles rendues acceptables ? Le mot d’ordre "tous connectés" dans le travail rejoint celui du "tous transparents" dans la société 2.0. Comment les organisations parviennent-elles à imposer ces choix par l’adhésion des collaborateurs ?

Ecouter l’émission

Vendredi 24 avril 2015

L’émission “Les Amis d’Orwell” recevra le sociologue Jean-Pierre Garnier. Avec lui, nous essaierons de comprendre ce que représente “le Grand Paris” et les processus de métropolisation, et pourquoi il faut s’y opposer.

Ecouter l’émission

Vendredi 27 mars et vendredi 11 avril

Qui était Eric Blair alias George Orwell ? A l’occasion de la sortie du livre Une vie en lettres, correspondance (1903-1950) chez Agone en 2014, nous consacrons deux émissions à cet écrivain emblématique de nos rendez-vous bimensuels. La première émission du 27 mars sera consacrée à sa vie avec des extraits de la rencontre (le 2 octobre dernier à la librairie Le Comptoir des mots à Paris) avec Bernard Hœpffner, le traducteur du recueil, et Jean-Jacques Rosat, maître de conférences en philosophie au Collège de France et directeur de la collection Banc d’essais qui présente cette "véritable autobiographie épistolaire". L’émission du 10 avril sera dédiée à la pensée politque de George Orwell. Nous recevrons Jean-Jacques Rosat, qui a écrit plusieurs articles et dirigé de nombreux ouvrages sur l’écrivain.

Ecouter l’émission du 27 mars

Ecouter l’émission du 11 avril

Vendredi 13 mars

Précarité, quand tu nous fiches !

Le fichage social est un dommage collatéral aux mesures d’aide sociale prises en charge par les collectivités et surtout par les départements. L’informatique est toujours mise à contribution en faisant miroiter aux usagers prestataires que leur "dossier" sera d’autant mieux traité que tout sera bien renseigné dans l’ordinateur.

Dans le département de Seine-Saint-Denis, réputé comme le plus touché par la grande précarité de ses populations, les élus et l’exécutif du Conseil général ont construit, en quelques années, une machine de quantification des moyens déployés pour – officiellement – "évaluer les problèmes rencontrés" par les familles. Ceci, histoire de justifier d’avoir à tout stocker dans un fichier qui s’appelle COSMOS.

Mis en place discrètement depuis 2008, il devait se généraliser dans l’ensemble des circonscriptions de service social (CSS). Il n’est déployé aujourd’hui que dans un tiers des CSS. L’an dernier, après un article paru dans le Canard enchaîné, relayant une campagne syndicale anti-Cosmos, le Conseil général décidait d’arrêter les frais et de mettre COSMOS sur une voie de garage...

Les Amis d’Orwell reçoivent deux travailleurs sociaux impliqués dans cette lutte. Dont Boualem Hamadache, secrétaire général du syndicat SUD au Conseil général du 93.

A propos de Cosmos : un blog monté par des travailleurs sociaux : http://rageas93.over-blog.com/artic...

Un article de Politis : http://www.politis.fr/Cosmos-le-fic...

Prix Big Brother décerné au Conseil général 93 en 2013 : http://bigbrotherawards.eu.org/Le-C...

Ecouter l’émission

Vendredi 27 février

La liberté d’expression est-elle devenue une caricature ? Après la tuerie de Charlie Hebdo, journal qui est ressorti cette semaine, les dessinateurs de presse sont devenus, malgré eux, les porte-drapeaux de la liberté d’expression. Dans le même temps, on a assisté à une énorme campagne de récupération, on en a déjà beaucoup parlé suite à la manif d’union nationale du 11 janvier. Les journaux se sont sentis obligés d’en faire des tonnes pour mettre en Une des croquis vengeurs pour marquer le coup. Les politiques, n’en parlons pas, ils n’ont cessé de flagorner en long et en large sur le « droit à la caricature » comme pilier des « valeurs démocratiques »... 6 semaines après le séisme, où en est-on ? Les crayons noirs sont-ils encore plus forts que l’obscurantisme ?

C’est le thème de cette nouvelle émission des Amis d’Orwell.

Avec nous en plateau, 3 invités, trois dessinateurs de presse, Flavien, Lardon et Rodho.

Flavien – contrubutions : Siné Mensuel, AAARG, Zélium... https://flaviendessin.wordpress.com Lardon – Fakir, Silence, Zélium... https://lardon.wordpress.com Rodoh – Macommune.info, Bastamag, Fakir, Zélium... http://blorg.canalblog.com

Ecouter l’émission

Vendredi 13 février

Invité : collectif 8 juillet à l’initiative de la marche contre les violences policières, organisée samedi 14 février à Montreuil (93)

Ecouter l’émission

Vendredi 30 janvier

Les prisons, terreau du terrorisme ? Les actes terroristes du 7 au 9 janvier justifient de nouvelles mesures sécuritaires dans la droite ligne du Patriot Act. Rencontre avec Laurence du Syndicat de la magistrature et Nicolas, du Genepi, association estudiantine qui tente de décloisonner les institutions carcérales par la circulation des savoirs entre les personnes enfermées, ses bénévoles et la société civile.

Ecouter l’émission

Vendredi 15 janvier

Invité : Benjamin Bayart, de la Quadrature du net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet.

Après les drames survenus à la rédaction de Charly hebdo et les jours suivants, les lois liberticides vont se renforcer. Le point sur la loi Cazeneuve dite antiterroriste, votée en novembre 2014 et ses conséquences, notamment sur le web.

Ecouter l’émission

Vendredi 19 décembre

Diffusion des épisodes 3 et 4 de la série Nucléaire, la fabrique de l’oubli

Vendredi 5 décembre

Diffusion des épisodes 1 et 2 de la série Nucléaire, la fabrique de l’oubli " Ce projet est né après la lecture de Oublier Fukushima, d’Arkadi Filine, et de La supplication, Tchernobyl, chronique du monde après l’apocalypse, de Svetlana Alexievitch.

À la lecture de ces livres, le sentiment que 25 ans après “quelque chose” se rejouait prenait à la gorge. Après le 11 mars 2011, nous étions gavés d’une bouillie d’informations sur la situation à Fukushima. Et puis très vite, comme toujours, au milieu du flot continu des nouvelles, le drame japonais est devenu obsolète. La catastrophe de Fukushima est toujours en cours, celle de Tchernobyl aussi.

Au travers d’autres lectures, il est très vite apparu que le désastre du nucléaire n’était pas que celui des catastrophes, mais bien celui de la routine de la société nucléaire et de la façon dont nous nous en accommodions.

Est née alors l’envie de partager ces textes et d’y réfléchir collectivement. Un petit groupe s’est créé avec le projet de concevoir un document radiophonique. Au bout de deux ans de travail, nous présentons Nucléaire, la fabrique de l’oubli. Deux ans pour lire, écrire, discuter, enregistrer, monter ce document. Nous ne faisons partie d’aucune organisation, nous ne sommes pas spécialistes du nucléaire et nous ne sommes pas non plus spécialistes des techniques sonores. Nous avons appris en faisant à plusieurs.

Nucléaire, la fabrique de l’oubli est un assemblage d’extraits d’analyses, de témoignages, de textes littéraires, d’archives sonores. En une quinzaine d’épisodes de quarante minutes, nous avons essayé de dérouler un fil, d’apercevoir cette société nucléaire qui par son omniprésence se fait oublier."

Vendredi 21 novembre 2014

Une émission consacrée au dispositif Voisins vigilants, annoncé dans la loi Loppsi 2 du 15 mars 2011 qui prévoit le statut juridique de "collaborateur occasionnel du service public". Claude Guéant, alors ministre de l’Intérieur, dans une circulaire du 22 juin 2011, a demandé aux préfets de promouvoir la "participation citoyenne à la sécurité" sur le modèle anglo-saxon de Neighbourhood Watch. Aujourd’hui, il y aurait selon le site Voisins vigilants près de 90 comités en Essonne, 30 dans les Hauts-de-Seine, 19 à Paris, 165 en Seine-et-Marne, 30 en Seine-Saint-Denis, 40 dans le Val-de-Marne, 110 dans le Val-d’Oise et 120 dans les Yvelines !

Invitée : Camille Polloni, journaliste à Rue89 et auteure de l’article Le saviez-vous ? « Voisins vigilants » est une entreprise

Témoignage d’un auditeur qui a assisté à un comité Voisins vigilants en Ile-de-France

Ecouter l’émission

Vendredi 7 novembre

Invités : Farid du collectif Urgence notre police assassine, Pierre, Nantais qui a été mutilé en 2007 par un lanceur de balle de défense et Ian, inculpé lors des manifestations à Paris suite à la mort de Remi Fraisse. Cet étudiant a été tué lors d’un affrontement avec la police dans la nuit du samedi au dimanche 26 octobre. Les manifestants s’insurgeaient contre le projet de barrage au lieu-dit du Testet, dans la forêt de Sivens.

Farid a également participé à l’ouvrage Permis de tuer, chronique de l’impunité policière du collectif Angles morts, éditions Syllepse (septembre 2014)

Ecouter l’émission

Vendredi 24 octobre

Reportage à Mantes-la-Ville (Yvelines), 20 000 habitants, administrée par Cyril Nauth, maire Front national. Le Cric (Collectif de réflexion et d’initiatives citoyennes) s’est créé suite à l’élection de ce maire, le 30 mars dernier. Ce collectif suit la politique municipale et dénonce les dérives des élus locaux d’extrême droite.

Le 14 septembre dernier, le 1er adjoint, Laurent Morin, a publié sur sa page Facebook des propos dignes de Jean-Marie Le Pen : "Le métissage massif vendu et imposé aux peuples comme modèle politique est une sorte d’eugénisme. Il dilue les identités. La diversité y perd imperceptiblement." Le Cric a mis en lumière ces propos "qui reprennent, sans la citer, la théorie de Joseph Arthur de Gobineau développée dans sa thèse Essai sur l’inégalité des races humaines".

Le reportage reprend en introduction l’interview de Cyril Nauth, réalisée par l’AFP au lendemain de son élection. Il s’intéresse ensuite au Cric qui a organisé un débat public le 26 septembre dernier. L’association compte se démarquer des partis politiques. Elle veille à ne pas être récupérée par les politiciens locaux, même si certains de ses membres ont, par la passé, participé à la vie politique locale. Parmi ses créateurs, on trouve de nombreux Mantevillois qui souhaitent réagir face à l’élection d’une maire d’extrême droite. Ils ont décidé de s’investir sur le terrain pour recréer du lien social et lutter contre la montée de la peste brune.

Ecouter l’émission

En seconde partie d’émission, diffusion en écho, d’un documentaire d’Arte radio réalisé par Charlotte Rouault et Benoît Bories http://www.arteradio.com/son/616198...

Vendredi 10 octobre

Invitée : Marie Walrafen de l’association La Quadrature du net qui détaille le projet de loi antiterroriste (loi Cazeneuve) consulté la semaine prochaine au Sénat. Ce projet est examiné en procédure accéléré, c’est-à-dire avec une seule lecture à l’Assemblée national et au sénat.

Ecouter l’émission

Vendredi 25 juillet

Enregistrement de la présentation du livre de François Jarrige “Technocritiques” organisée le 21 mai au CICP à Paris par la librairie Quilombo.

Ecouter l’émission

Vendredi 11 juillet

Du 4 au 7 juillet, un rassemblement contre le projet de nouvel aéroport de Nantes était organisé à Notre-Dame-des-Landes. Les animateurs des Amis d’Orwell ont participé aux nombreux débats qui s’y sont tenus. Retour sur ce long week-end militant.

Ecouter l’émission

vendredi 27 juin 2014

L’émission diffusera un reportage sur la manifestation du 17 mai, “Des champs, pas d’Auchan !” contre des projets immobiliers du groupe Auchan, manifestation qui partait du siège de l’Association familiale Mulliez (actionnaire principal) à Roubaix pour rejoindre Néchin, commune belge de l’exil fiscal de la famille Mulliez.

Ecouter le reportage

vendredi 13 juin 2014

L’émission recevra des membres du collectif Plaie commune pour évoquer la rénovation urbaine et les luttes du logement à Saint-Denis et au delà.

Ecouter l’émission

Vendredi 16 mai

Invités : des intermittents du spectacle en lutte contre l’accord Unedic signé dans la nuit du 21 mars dans les locaux du Medef. Nous aborderons plus largement la question des précaires et la proposition du revenu minimum universel. En dernière partie, présentation du programme du Frap, le Festival des résistances et des alternatives à Paris qui aura lieu du 20 au 25 mai.

Ecouter l’émission

vendredi 2 mai 2014

Diffusion de l’enregistrement d’une présentation du livre Frères de la côte. Mémoire en défense des pirates somaliens, traqués par toutes les puissances du monde (L’Insomniaque, 2013) par le collectif Iskashato.

- Écouter l’émission

Vendredi 18 avril

Invité : un postier de Sud-Poste en grève dans les Hautes-de-Seine depuis le 29 janvier. La grève a démarré à Rueil-Malmaison en raison de la non reconduction de quatre contrats précaires. Elle s’est propagée dans d’autres bureaux de poste du département qui s’opposent à des projets de réorganisation. Plus de 100 facteurs ont arrêté le travail depuis plus de deux mois et demi, soutenus principalement par le syndicat Sud-Poste.

Ecouter l’émission

vendredi 4 avril 2014

Invitée : Sophie Pietrucci, coauteure avec Chris Vientiane et Aude Vincent de l’ouvrage Contre les publicités sexistes, éditions L’Échappée, 2012.

Ecouter l’émission

Vendredi 28 mars

Diffusion du débat qui a eu lieu le 5 février dernier au Moulin à café (Paris 15) autour de l’ouvrage Le Petit Livre noir des grands projets inutiles (Le Passager clandestin, 2013) coécrit par le collectif Camille.

Ecouter le débat

Vendredi 7 mars

Invités : Patrick Marcolini (philosophe) et Jean-Luc Porquet (journaliste au Canard enchaîné) pour parler du livre Radicalité : 20 penseurs vraiment critiques (éd. L’Echappée, 2013).

Remettre en cause le système capitaliste sans s’inscrire dans la tradition marxiste, voilà ce qui réunit les penseurs de l’ouvrage Radicalité : 20 penseurs vraiment critiques (éd. L’Echappée, 2013). Ce livre a été coordonné par Cédric Biagini, Guillaume Carnino et Patrick Marcolini. Il propose de faire découvrir des auteurs méconnus du XXe siècle avec une biographie de chacun d’eux, un article qui résume leur pensée et une bibliographie pour aller plus loin. Ces penseurs analysent le système capitaliste en prenant en compte quatre dimensions : l’économie (productivité, salariat…), la technique (qui privilégie la quantité à la qualité), la culture (qui se résume bien souvent aujourd’hui à un individu devant son écran) et le politique (développement des experts notamment). Ces penseurs anticonformistes se distinguent des intellectuels critiques présents dans les médias comme Alain Badiou ou Toni Négri. Ils se démarquent aussi de Michel Foucault, Jacques Derrida ou Gilles Deleuze, héritiers de marxisme. Ces penseurs, choisis pour leur radicalité (et non leur extrémisme), cherchent à trouver les limites du système économique. Ils mettent en avant leur sensibilité, leur intérêt pour l’esthétique. Parmi eux, on trouve des écrivains comme George Orwell. Ils ne rejettent pas le passé mais s’appuient plutôt sur les traditions émancipatrices. Ils dénoncent le progrès technique qui détruit l’environnement et porte atteinte aux libertés des individus.

Jean-Luc Porquet, journaliste au Canard enchaîné, a écrit l’article sur Jacques Ellul (1912-1994). Il connaît bien ce penseur, pionnier dans la critique du progrès technique, qu’il a découvert assez récemment. Il a écrit pour le sortir de l’oubli l’ouvrage Jacques Ellul, l’homme qui avait (presque) tout prévu (1re édition en 2003, mise à jour en 2012, éd. Le Cherche midi). Jean-Luc Porquet s’appuie sur l’actualité pour montrer la pensée novatrice de Jacques Ellul. Celui-ci, libertaire protestant, a écrit de nombreux ouvrages sur la technique pendant les Trente glorieuses, ce qui explique en partie le peu d’intérêt qu’il a suscité en France.

Jacques Ellul décrit la société technicienne qui s’est mise en place avec l’informatique. L’Etat devient un agent de la technique et un gestionnaire. L’homme, fasciné par le progrès technique, est une proie des publicitaires qui lui vendent des gadgets et façonnent leur style de vie. La technique s’auto-accroît et transforme l’homme qui doit s’adapter, être toujours plus efficace pour ne pas être exclu de la société.

Ecouter l’émission

Vendredi 21 février

Invités : trois étudiants de Paris VIII Saint-Denis qui s’opposent au plan de sécurisation de la faculté et au nouveau règlement intérieur.

Plus de 1 million d’euros pour la sécurité. L’université de Paris VIII Saint-Denis ne semble pas connaître de problèmes budgétaires… Et pourtant, les conditions d’étude et de travail se dégradent. La loi LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités), votée en 2007 sous Sarkozy, fait son chemin, renforcée par la loi cadre dite Fioraso adoptée par le gouvernement socialiste en 2012. Régionalisation et autonomie financière rendent les facultés de plus en plus dépendantes des entreprises privées. On voit se profiler un enseignement à deux vitesses avec les filières d’élite (financées par le privé) et les filières poubelles, en manque de budget. Le regroupement d’établissements (ici Paris VIII Saint-Denis et Paris X Nanterre) vise à supprimer les enseignements doublons.

Dans ce contexte, le plan de sécurisation et le nouveau règlement intérieur votés par la présidence de Paris VIII apparaissent comme des décisions visant à faciliter la destruction de l’université publique. Portiques de sécurité, vigiles privés, caméras de vidéosurveillance (la présidence a reculé face à la mobilisation sur ce point), infantilisation des étudiants, Paris VIII Saint-Denis oublie son héritage libertaire. Cette faculté est issue du Centre universitaire expérimental de Vincennes, né en 1969, suite aux mobilisations de mai 1968.

Anouk et Sylvain (du syndicat Solidaires étudiants) et José (étudiant chilien) expliquent les enjeux des réformes de l’enseignement supérieur et leur lutte au quotidien.

Ecouter l’émission

Vendredi 7 février

Reportage réalisé par la radio parisienne FPP le 16 novembre 2013 lors de la journée organisée par la CNT "De la lutte en milieu urbain : Quelles stratégies pour la conquête du droit à la ville", rue des Vignoles à Paris. Intervention d’Anne Clerval, auteure du livre "Paris sans le peuple : la gentrification de la capitale", paru en 2013 aux éditions La Découverte.

Un train peut en cacher un autre,, reportage réalisé par Iaata sur le projet de construction de la ligne à grande vitesse à Toulouse et les aménagements prévus dans les quartiers autour de la gare. Interview des habitants chassés, confrontation avec la parole des élus.

Ecouter l’émission

Vendredi 24 janvier

Documentaire de Charlotte Rouault et Benoît Bories, Les Puces RFID veulent tout savoir.

http://www.arteradio.com/son/616149...

Ces réalisateurs produisent d’autres créations qu’on peut retrouver sur le site Faïdos.

Reportage de Radio Canut sur les bergers qui s’opposent au puçage de leurs brebis, réalisé en janvier 2013

Ecouter l’émission

Vendredi 11 janvier

À l’occasion de l’exposition "À triple tour" qui présentait la collection du milliardaire François Pinault sur l’enfermement à la Conciergerie (Paris), les Amis d’Orwell ont invité des militants du collectif Notre-Dame-des-Landes à Paris, condamnés le 24 juin dernier par la justice pour s’être introduits dans le parc du château de l’actionnaire de Vinci, Pinault lui-même. Alors que les œuvres de l’exposition (terminée le 6 janvier) dénoncent pour certaines la prison, les militants ont organisé une action le 5 janvier pour rappeler qui est François Pinault.

Ecouter l’émission

Vendredi 27 décembre

Diffusion de l’interview réalisé par FPP de Pierre Douillard, pris pour cible par un tir de flashball en 2007, lors du mouvement lycéen contre la LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités). En appel au tribunal civil de Rennes en 2013, il a assuré seul sa défense alors que le policier qui l’a rendu aveugle d’un œil a été relaxé en mars 2012 au tribunal de Nantes.

Ecouter l’émission

Vendredi 13 décembre

Retour sur Milipol, le salon mondial de la sécurité intérieur des États, qui a eu lieu à Paris du 19 au 22 novembre. Gadgets militaires et policiers, les entreprises exposent leurs équipements répressifs.

Lutte contre le fichage ADN : mardi 3 décembre s’est déroulé au tribunal d’appel de Rennes le procès de Rodolphe, militant contre l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes près de Nantes. Comme d’autres, il a refusé le prélèvement ADN lors d’une garde à vue.

Ecouter l’émission

Vendredi 29 novembre

Trois jours contre Le Grand Paris les 6, 7 et 8 décembre. Qu’est-ce que ce projet d’aménagement du territoire en Ile-de-France ? Implantation de nouveaux centres commerciaux, de bureaux au détriment des terres agricoles, quartiers récréés et expulsions… Les Amis d’Orwell examinent les enjeux de ces constructions démesurées et leurs conséquences sur la vie des habitants. Invité : un militant de l’association Ivry sans toi(t).

Ecouter l’émission

Vendredi 15 novembre

Invité : Jean-Baptiste Malet pour son livre En Amazonie : infiltré dans le "meilleur des mondes". Plongée dans l’entrepôt Amazon de Montélimar (26) où les conditions de travail rappellent le stakhanovisme soviétique. Ecouter l’émission

Vendredi 1er novembre

Invités : Fabrice et Antoine, du site reflets.info NSA, DGSE, surveillance sur internet, écoutes sont au programme de l’émission

Ecouter l’émission

Vendredi 19 octobre

Invité : le collectif de Taksim Paris, composé de militants turcs (étudiants et travailleurs) vivant en France. Il s’est constitué en solidarité aux manifestations qui ont démarré le 30 mai au parc de Gezi d’Istanbul et qui se sont propagées dans le reste de la Turquie jusqu’au 15 juin dernier. Le collectif revient sur les grands projets urbains qui ont déclenché la révolte et sur la répression des manifestants.

Ecouter l’émission

Vendredi 6 septembre

Invitée : l’association Amelior, qui regroupe et défend les biffins (ou chiffonniers), victimes de répression policière. Ce métier ancien qui consiste à recycler et réparer des objets récupérés dans les poubelles est mal considéré aujourd’hui. Ces professionnels de la récup’ sont souvent assimilés à des voleurs.

Ecouter l’émission

Vendredi 12 juillet

Les Amis d’Orwell traiterons des drones, initialement à usage militaire, et de leur commercialisation dans la société civile.

Ecouter l’émission

Vendredi 28 juin

Les Amis d’Orwell abordent la question de la prévention situationnelle, politique d’aménagement urbain sécuritaire.

Ecouter l’émission

Vendredi 14 juin

Invités : les nouveaux organisateurs des Big Brother Awards 2013 qui redémarrent après un arrêt de plus de 2 ans. Les césars du monde sécuritaire seront décernés le 26 juin, à partir de 19 h à la Parole Errante, 9, rue François-Debergue à Montreuil, métro Croix de Chavaux.

Ecouter l’émission

Mardi 23 avril

Invité : un militant de la section syndicale du syndicat unifié du bâtiment de la CNT qui travaille au ministère de l’équipement. Il s’oppose au coaching en vogue dans l’administration. Retour sur l’origine de cet outil de contrôle des salariés.

Mardi 9 avril

Invités : des militants de No-TAV (treno a alta velocità, train à grande vitesse) dans la vallée de Suse en Italie (TGV Lyon-Turin) et de No terzo valico qui s’opposent à la ligne de TGV entre Gêne et Milan.

Mardi 26 mars

L’émission sur Radio libertaire a reçu Jérôme Thorel pour son livre “Attentifs ensemble ! L’injonction au bonheur sécuritaire

Ecouter l’émission

Mardi 5 mars

Le 27 janvier, une vingtaine de militants contre le projet de construction de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes décident de se rendre dans les Yvelines, chez François Pinault. Ils organisent un pique-nique dans la propriété de cet actionnaire de Vinci, concessionnaire de l’aéroport. Ils sont arrêtés par la gendarmerie et font 48 h de garde à vue. Infos sur la répression avec des membres du collectif.

Collectif francilien de soutien à la lutte de Notre-Dame-des-Landes
Ecouter l’émission

Mardi 29 janvier 2013

La vidéosurveillance se développe dans de nombreuses villes françaises bien que de multiples rapports dénoncent son inefficacité, que se soit à Londres ou aux États-Unis où elle a connu un essor particulièrement important. Alors pourquoi ce mimétisme sécuritaire ? Au-delà des simples stratégies électoralistes, la vidéosurveillance est le reflet d’une société en mutation, où le contrôle permanent devient la norme.

Car si la vidéosurveillance ne touche qu’à notre environnement, les technologies de l’information et de la communication exercent, quant à elles, une emprise de plus en plus forte sur notre quotidien, notamment grâce aux téléphones portables et aux puces RFID, et ce jusqu’à faire partie intégrante de nous.

Le documentaire “Sortez vos mouchards” s’attache donc à donner la parole des militants de trois grandes villes française (Paris, Lille, Grenoble) qui voient dans le tout technologique autant de nouveaux moyens de contraindre l’individu à s’adapter à un monde ubiquitaire qui répond à la seule loi de la pure rationalité économique.

Réalisation : Jacques Mora Voix : Astrid Adverbe Mastering : Benoit Thuault

Les Amis d’Orwell de 16 h à 17 h sur Radio libertaire 89.4

Mardi 15 janvier

Le salon Expoprotection s’est tenu du 4 au 7 décembre 2012, porte de Versailles à Paris. On y trouve toutes les nouveautés en matière de sécurité. Décryptage des dernières technologies de vidéosurveillance.

Ecouter l’émission

Mardi 18 décembre

La répression à Notre-Dame-des-Landes contre les militants qui s’opposent au projet de construction du second aéroport de Nantes sur ce territoire. Ecouter l’émission

Mardi 4 décembre 2012

L’émission du 4 décembre sur Radio libertaire (89.4 MHz - de 16h à 17h) reçoit Thomas et Claudia, du collectif “Plaie commune”, pour aborder le sujet du Forum européen pour la sécurité urbaine qui se tient à Saint-Denis et Aubervilliers du 12 au 14 décembre et de la manifestation organisée en opposition le mardi 12 décembre à 19h à Saint Denis.
Écouter l’émission

Mardi 27 novembre

Les technologies de vidéosurveillance évoluent. Les lobbyistes et fabricants, après avoir réussi à imposer le terme de “vidéoprotection”, veulent à présent passer à la “détection automatique d’anormalité” voire à la “vidéogestion”. L’interconnexion des systèmes de surveillance et le développement des logiciels d’analyse de l’image accouchent ainsi d’une vidéosurveillance “intelligente”. L’émission “Les amis d’Orwell” revient sur ces technologies, sur les laboratoires de recherche (publique) qu les produisent et leurs financements européens.
Écouter l’émission

Mardi 6 novembre 2012

À 16h, sur Radio libertaire (89.4 MHz à Paris), l’émission est consacrée aux projets de cartographie des caméras de vidéosurveillance comme celui de Lyon.
Écouter l’émission
site Lyon.sous-surveillance
site Paris.sous-surveillance

Mardi 25 septembre

L’émission “les amis d’Orwell” reçoit Antonin, militant des Déboulonneurs.. Retour sur les luttes antipub et antimobilier urbain sécuritaire.
Ecouter l’émission

Mardi 8 mai

Rediffusion de l’émission de radio Canal Sud le 5 janvier 2012 Entretien avec PMO : Puces RFID, nanotechnologies et autres joyeusetés http://www.sonsenluttes.net/spip.ph...

Mardi 17 avril

Dans l’émission, Tomjo, rédacteur au journal lillois La Brique, revient sur son livre L’enfer Vert – un projet pavé de bonnes intentions (éditions Badaboum, décembre 2011), dans lequel il décrit les transformations urbaines de Lille et de ses environs, de la mise en place du fichage de la population par le biais d’une « carte de la vie quotidienne » et de l’émergence d’une écolo-technocratie.

Ecouter l’émission

Mardi 3 avril

L’émission reçoit quatre personnes arrêtées et mises en garde à vue, à Paris le 8 mars dernier, à la suite d’un collage d’affiches contre la tenue d’une réunion d’une organisation d’extrême-droite.

Ecouter l’émission

Mardi 20 mars

Invités : des membres de l’assemblée francilienne contre le nucléaire. Présentation du collectif

Ecouter l’émision

Mardi 6 mars

Diffusion de l’entretien de Canal sud avec Mathieu Rigouste sur son dernier ouvrage Les marchands de peur, la bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire. http://sonsenluttes.net/spip.php?ar...

Mardi 14 février

L’émission de Souriez, vous êtes filmés sur Radio libertaire recevra Ju et Okhin qui parleront du groupe de hackers Telecomix et des actions menées en faveur de la liberté de communication en Syrie.

Ecouter l’émission

Mardi 31 janvier 2012

Invité : Christian Jacquiau, économiste et expert-comptable, est l’auteur de deux ouvrages. Les Coulisses de la grande distribution, Albin Michel, mai 2000. Les Coulisses du commerce équitable. Mensonges et vérités sur un petit business qui monte, éd. Mille et une nuits, mai 2006. En juin 2008, le magazine L’Écho des savanes lui prête des propos qu’il n’a pas tenu contre Max Havelaar. L’association l’attaque en justice : il est condamné à 1 € symbolique en première instance en juin 2010. Il fait appel et le 23 novembre 2011, le Cour d’appel de Paris annule la condamnation.

Ecouter l’émission

Mardi 20 décembre 2011

Jet et kitetoa du site d’information reflets.info, expliquent ce qu’est le Deep Packet Inspection, technique de surveillance d’internet, à partir du cas de la Lybie, pays dans lequel l’entreprise Amesys, filiale du groupe français Bull, a pu installer un tel système pour le compte du régime de Kadhafi, avec le soutien de la Direction du renseignement militaire.
voir le site reflets.info
Écoutez l’émission

Mardi 6 décembre 2011

Sans avoir la prétention d’être des spécialistes, Ian et Joël, deux militants impliqués dans les luttes pour la liberté de circulation, viennent partager les fruits de leurs recherches et expériences sur la politique de contrôle des frontières de l’Union européenne et notamment sur le rôle de l’agence européenne Frontex et son autonomie grandissante.

Quelques liens :
- frontexplode.eu
- euro-police.noblogs.org

Écouter l’émission

Mardi 29 novembre 2011

Jérôme détaille la cartographie des fichiers administratifs qu’il a effectuée pour le numéro 5 de la revue Z, consacré au travail social : des dizaines de bases de données et de répertoires qui dessinent une vaste toile d’araignée informatique.
Deux assistantes du Conseil générale de Seine-Saint-Denis, Saliha et Muriel, reviennent ensuite sur la question du recueil de données et de l’informatisation, du prétexte de la collecte de statistiques, des conséquences sur le secret professionnel. Des extraits de scènettes sur ce thème, jouées par des assistantes sociales à l’occasion d’une journée d’information syndicale, complètent les témoignages.
Écouter l’émission
un lien : le blog enragé des assistantes sociales de Seine-Saint-Denis
émission des Amis d’Orwell du 22 décembre 2009 : présentation de la revue Z

Mardi 8 novembre 2011

Camille, Cyrille et Rimso présentent le dossier du n°31 de la revue trimestrielle Offensive, consacré à la “contre-révolution informatique”. Prenant le contrepied des discours médiatiques dominants, la revue souligne la tendance qu’a l’informatique à s’immiscer et à “rationaliser” tous les aspects de la vie.
Écouter l’émission
site d’Offensive libertaire et sociale et de la revue Offensive : http://offensive.samizdat.net/

Mardi 25 octobre 2011

"Les usages policiers et militaires du son", le sous-titre de l’ouvrage de Juliette Volcler (Le Son comme arme, La Découverte, septembre 2011) donne le ton. L’auteure qui produit l’émission L’Intempestive sur Radio galère à Marseille revient sur le développement de ces armes sonores depuis le milieu du XXe siècle.
Juliette Volcler a d’abord publié son étude dans le journal Article XI. On peut d’ailleurs lire ces écrits en ligne.
Elle prend soin de démêler le fantasme du réel pour mieux comprendre les enjeux de ces armes utilisées dans les prisons, contre les manifestants, les SDF, les jeunes et dans les pays en guerre comme en Irak.
Après une explication scientifique simple sur le son et ses fréquences, elle fait le tour des techniques policières et militaires existantes, des basses fréquences aux ultrasons. On trouve ainsi différents types d’explosions comme les grenades incapacitantes qui ont servi en France en mai 68 ou les ondes de choc (au départ des générateurs de tonnerre contre les oiseaux) qu’Israël emploie dans les territoires occupés.
La torture blanche qui consiste à déstabiliser psychologiquement en créant silence ou saturation est une méthode courante dans la guerre contre le terrorisme.
Les hauts-parleurs diffusant du hard-rock par exemple sont fréquents en temps de guerre.
Ce marché en plein développement atteint aussi la société civile avec la vente libre sur internet de produits comme le Mosquito pour faire fuir les jeunes ou les SDF. Il existe aussi des hauts-parleurs ultrasoniques capables de s’immiscer directement dans la pensée en n’étant entendus que d’une seule personne. Des façades de magasins en sont maintenant équipés.
Ces méthodes non létales ne soulèvent pas l’indignation, créant peu de mutilations visibles. Juliette Volcler n’hésite pas à parler du "son du pouvoir". Ces technologies totalisantes, au croisement de l’industrie militaire et du divertissement, sont les nouvelles armes de demain.
Ecouter l’émission
Autre lien : Le perce-oreilles, portail sonore, un des sites animé par Juliette Volcler

Mardi 11 octobre 2011

Arnaud Cruzel et Claude Grunspan viennent présenter le livre qu’ils ont coordonné Désobéir à Big Brother (Le Passager clandestin, 2011).
Écouter l’émission

Mardi 27 septembre 2011

L’Œil de rien, la dernière pièce du collectif Permalosos, dénonce les atteintes aux libertés fondamentales. Théâtre, musique, vidéo et textes de référence (L’Œil absolu, de Gérard Wajcman) participent à une réflexion sur la société de surveillance qui se généralise.
Depuis 2009, Sandro, Nouch, Gib et Aurélien travaillent sur l’actualité. Touchés par les commentaires des médias, ils décident de s’en mêler et d’apporter leur regard. Ils mettent par exemple "en collusion" les paroles du pouvoir avec des textes qui les touchent. La langue du pouvoir, celle des médias, qu’est-ce qui les différencient ? Comment redonner du sens à la langue ? Ils font appel aux poètes pour étayer leur propos et dénoncer le système économique capitaliste. Un système qu’ils subissent aussi et qui ne permet pas de les faire vivre en harmonie avec leurs idées.
Ecouter l’émission

Mardi 28 juin 2011

Qu’est-ce qu’un Rrom ? Quelles sont leurs conditions d’installation en France ? La Voix des Rroms était l’invité des Amis d’Orwell mardi 28 juin. Saïmir Mile est un de ces porte-parole et son président. Il nous raconte leur combat face aux discriminations et au flicage, notamment dans les villages d’insertion du 93, très sécurisés. Il est accompagné de deux autres membres qui racontent leurs difficultés.
Ecouter l’émission

Mardi 19 avril 2011

Serge Quadruppani est romancier et traducteur. Dans son dernier essai, La Politique de la peur (Seuil, 2011), il aborde la politique sécuritaire en France et en Italie en particulier. Lois antiterroristes, techniques de surveillance, fichage, il dénonce l’accélération de la mise en place d’une société de contrôle qui s’en prend aux jeunes, aux étrangers, aux internautes et à tous ceux qui refusent ou ne s’adaptent pas au système économique global.
Dans cette émission, il revient sur les attentats en France en 1985-1986. La communication d’État et les médias accusent Georges Ibrahim Abdallah, alors que la diplomatie négocie parallèlement avec l’Iran, véritable responsable. En 1995, là encore, on découvre des années plus tard que les attentats ont été commandités par des généraux algériens qui ont infiltrés le GIA. Serge Quadruppani rappelle que ces actions meurtrières organisées par l’armée au pouvoir en Algérie visaient à influencer l’État français pour qu’il ne négocie pas avec les islamistes. La diplomatie française ne pouvait donc pas ignorer l’origine effective des attentats.
Serge Quadruppani revient aussi sur les années de plomb en Italie, "le plus vaste mouvement social anticapitaliste après la Seconde guerre mondiale". Cette période des années 1970 a conduit l’État, menacé dans sa gestion politique et économique, à mettre le pouvoir aux mains des magistrats et de la police. Les mandats d’arrêt européens dont ont été victimes Paolo Persichetti et Cesare Battisti sont le résultat de cette politique de la peur.
Ecouter l’émission

Mardi 5 avril 2011

Éveline Sire-Marin, magistrate, est membre de la fondation Copernic. Elle milite au Syndicat de la magistrature et à la Ligue des droits de l’Homme (LDH). Pour la fondation Copernic, elle a dirigé l’ouvrage Filmer, ficher, enfermer, vers une société de surveillance (Syllepse, 2011). Ce document aborde différents aspects du système sécuritaire : la normalisation de la société avec le psychanalyste Roland Gori, les prisons avec Julien Bach, juriste, les technologies de surveillance avec Jean-Claude Vitran, de la LDH, la psychiatrie avec Anne-Marie Alléon et Odile Morvan.
Pour Éveline Sire-Marin, la société de surveillance se déploie dans le temps et l’espace : les délais de prescription s’allongent, la rétention de sûreté admet la poursuite de l’incarcération une fois la peine de prison terminée, les fichiers gardent nos données de plus en plus longtemps (25 ans pour le fichier de police Stic), nous sommes suivis à la trace avec notre téléphone mobile ou GPS.
Éveline Sire-Marin décrit longuement la dernière loi sécuritaire, la Loppsi 2, qui met en place la téléjustice et des milices de voisins équipés de flash balls. Cette loi liberticide développe l’emploi par la police de logiciels mouchards qui enregistrent les frappes sur l’ordinateur, font des captures d’écran, à l’insu de l’utilisateur et pendant 8 mois. Pour la magistrate, nous vivons dans une "société où la répression est implacable pour les plus faibles, compréhensive pour les autres". Ainsi, les affaires de délinquance financière peuvent être classées par le parquet si le préjudice est inférieur à 70000 €. Elle dénonce les liens entre les intérêts des sociétés privées et le recours à certaines technologies pénales dans l’exécution des peines.
Ecouter l’émision

Mardi 22 mars 2011

Michel Sitbon, de la coordination antiloppsi 2 fait le point sur la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2) après la censure du Conseil constitutionnel le 10 mars.
La Loppsi 2 est la 42e loi sécuritaire depuis 2002. Seulement 13 dispositions ont été révisées sur les 142 articles votés.
Elle développe la vidéosurveillance, autorise le blocage de sites internet sous couvert de cybercriminalité, instaure de nouvelles peines planchers, etc.
Ecouter l’émission

Mardi 8 mars 2011

Les Amis d’Orwell ont reçu mardi 8 mars Roland Gori, psychanalyste à l’initiative de l’Appel des appels, collectif qui réunit des professionnels de la santé, de l’éducation nationale, de la presse ou de la magistrature, refusant la déshumanisation de leur travail, leur mise au pas dans le système économique financier.

"Face à une logique de l’audimat qui ne cesse de gagner du terrain, face à une régression sécuritaire qui atteint la vie politique, mais aussi la justice, l’école, la santé, la psychanalyse apparaît comme un antidote. Elle résiste aux nouvelles idéologies de la résignation en reconnaissant à l’humain sa dimension tragique, conflictuelle, singulière autant qu’imprévisible."

Roland Gori, psychanalyste, auteur notamment de l’ouvrage La Santé totalitaire (avec Marie-José Del Volgo, Denoël, 2005), analyse le fonctionnement du système financier qui pénètre jusque dans notre inconscient pour faire de nous des êtres dociles et soumis. C’est l’objet de son dernier ouvrage "De quoi la psychanalyse est-elle le nom, démocratie et subjectivité" (Denoël, 2010).

En élevant l’évaluation au rang de vérité, en donnant à la science un pouvoir politique, notre société devient normative. Le travail est dépouillé de sens, de valeur symbolique. On ne vit plus dans une société disciplinaire dont le pouvoir impose son autorité (venue de Dieu). Mais on est plutôt dans une société normative dont le pouvoir doit trouver sa légitimité en convaincant le peuple par les médias, la science, la sécurité, l’utilitarisme. Ce système chosifie l’homme en le réduisant à sa rationalité formelle, en niant son désir, sa subjectivité. Il se met ainsi en place un dispositif de servitude volontaire.

Ecouter l’émission

En savoir plus

L’appel des appels

Mardi 22 février 2011

Les “Amis d’Orwell” ont reçu Paul, militant anglais de Worthing (dans le sud de l’Angleterre, à côté de la ville de Brighton) et animateur du bulletin the “Pork-Bolter”. Il a été question du travail d’espionnage de la police dans les milieux militants, suite à “l’affaire Mark Kennedy”, du nom du policier infiltré, sous une fausse identité, dans des “douzaines” de groupes contestataires écologistes ou anti-fascistes, au cours des années 2000.

Écouter l’émission

liens (en français) :
- Un espion chez les écolos, traduction d’un article de the Guardian du 10 janvier, sur “l’affaire Mark Kennedy”
- Encore des espions chez les écolos, traduction d’un article de the Guardian du 14 février, sur l’infiltration par des sociétés privées

liens (en anglais) :
- the Pork-Bolter
- Protect our woodland
- informations alternatives de la région de Brighton

Mardi 8 février 2011

Diffusion de l’intervention du collectif antiloppsi 2 lors de l’université populaire de Saint-Denis du mardi 1er février. Le projet de « loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure » (dite « LOPPSI 2 ») s’inscrit dans un contexte d’inégalités et de régressions sociales majeures. Fourre-tout législatif, sécuritaire et illisible, ce texte annonce un nouveau modèle de société. Populations pauvres et précarisées, jeunes, militants ou internautes sont spécialement visés, mais toute la population est concernée car ce projet marque un recul général des libertés individuelles. En voici quelques exemples : expulsion en 48 h et sans contrôle du juge de tous occupants d’habitats hors norme, fichage et vidéosurveillance généralisés, peines plancher de six mois à deux ans d’emprisonnement dès la 1re infraction en cas de violence ; bracelet électronique pour les sans-papiers ; filtrage et censure de sites internet ; création d’une milice supplétive… Examinée au Sénat à la mi-janvier, cette loi pourrait rentrer en application au printemps 2011.

En savoir plus

Ecouter l’émission

Mardi 25 janvier 2011

Invitée : Sylviane Giampino, de l’association Pas de 0 de conduite et auteure (avec Catherine Vidal) de l’ouvrage "Nos enfants sous haute surveillance" (août 2009, Albin Michel, 288 p.)

Ecouter l’émission

Mardi 11 janvier 2011

diffusion d’un reportage de Fréquence Paris Plurielle (merci à Joël), sur le jeu de piste contre la vidéosurveillance, organisé à Paris le 11 septembre 2010.

Écouter l’émission

Mardi 28 décembre 2010

Depuis 2004 et la révision de la loi Informatique et Libertés, des Correspondants informatique et libertés (CIL) sont apparus dans les grosses entreprises. Ils sont 6000 en France aujourd’hui à exercer dans le but de protéger la vie privée des salariés ou plus exactement de vérifier la conformité des entreprises avec la loi dans ce domaine. Laure-Isabelle Ligaudan (consultante), Thibaud (ancien CIL en conflit avec l’entreprise pour laquelle il travaillait) et Christine Baslé, avocate, débattent de l’utilité de ce nouveau professionnel, tantôt considéré comme "l’œil de Moscou" ou l’alibi pour l’entreprise, la dédouanant ainsi d’obligations vis-à-vis de la Cnil (Commission nationale informatique et libertés).

Ecouter l’émission

Mardi 14 décembre 2010

Invités : Christophe et Samuel, membres du Ravif, le “Réseau anti-vidéosurveillance d’Ile-de-France”, créé en février dernier.
http://www.ravif.fr

Ecouter l’émission

Mardi 30 novembre 2010

Invité : Alexandre Baret, militant de Résistance à l’agression publicitaire. Il nous parle des panneaux ACL (affichage automatique à cristaux liquides) qui ont envahi les couloirs du métro depuis cet été. Ils sont 400 aujourd’hui. Ces publicités vidéo qui intègrent deux caméras de surveillance pour analyser nos comportements et notre profil seront bientôt au nombre 1200. Une action contre ces "écrans publicitaires espions" a eu lieu mercredi 24 novembre dans 16 stations de métro, en vue de recouvrir 118 panneaux.

Ecouter l’émission

Mardi 16 novembre 2010

Invités : des membres du Collectif citoyen nanotechnologies du plateau de Saclay. Ce groupe vient de se constituer en réaction à Nano-Innov, qui prévoit le développement des nanotechnologies sur le territoire de Saclay (91), un des trois pôles de ce projet de 70 millions d’euros. Ce collectif hétéroclite est composé de scientifiques, d’élus d’Europe écologie, d’un retraité de la société Thalès (qui travaille sur les technologies sécuritaires et a reçu le prix Ensemble de son œuvre cette année aux Big Brother Awards) d’associations comme les Amis de la terre, la LDH (Ligue des droits de l’Homme), mais aussi de consultants, tels que VivAgora et Mutadis, soutenus par le direction générale de la Santé dans l’organisation du Nanoforum au Cnam (Conservatoire national des arts et métiers). Le collectif dénonce le manque d’information autour des nanotechnologies et entend ouvrir le débat vers le grand public.

Ecouter l’émission

Mardi 2 novembre 2010

Reportage cet été à Bruxelles à l’occasion du festival pleinOpenAir organisé par le cinéma Nova sur le sécuritaire. Visite guidée avec la Ligue des droits de l’Homme et l’asbl (association sans but lucratif) Constant dans les rues de Saint-Gilles.

Ecouter le reportage

Mardi 19 octobre 2010

Invité : Jean-Marc Manach, auteur de l’ouvrage La Vie privée, un problème de cons ? (éd. FYP, juillet 2010). Jean-Marc Manach est cofondateur des Big Brother Awards et spécialiste de l’impact des technologies sur la société, des questions de surveillance, de libertés, de vie privée et de sécurité informatique.

Ecouter l’émission

Mardi 28 septembre 2010

Bruce Bégout, philosophe et écrivain, maître de conférence à l’université de Bordeaux, était l’invité de la librairie Le Genre urbain (Paris 20e) le 9 juin. Les Amis d’Orwell ont diffusé son intervention. Il parle de son livre Le Park (éd. Allia, 2010), roman qui jette des ponts entre univers concentrationnaire et parc de loisirs : "La folie est l’unique voie de délivrance".

Ecouter l’entretien avec Bruce bégout

Mardi 14 septembre 2010

Invités : Sabine Chevallay, parent d’élève à Saint-Affrique (Aveyron) et Joseph Ulla, directeur d’école près de Saint-Affrique. Ils font partie du Collectif national de résistance à Base-élèves qui lutte contre la mise en place de ce fichier dans les écoles. Le 19 juillet, le Conseil d’État a rétabli "le droit d’opposition pour motif légitime".

Ecouter l’émission

Mardi 31 août 2010

Du 18 au 24 mai 2010, le Collectif de réappropriation de l’espace public organisait une semaine intitulée “Démontons la vidéosurveillance !” : visite guidée du Strasbourg vidéofliqué, débat avec Jean-Pierre Garnier, jeu de piste dans les rues de la ville, apéro, projections de films, bal masqué... Deux membres de la CREP, Gaëtan et Benjamin, détaillent le programme et les autres activités de l’association (vélorution, actions antipub).

Ecouter l’émission

Mardi 20 juillet 2010

Quels sont les enjeux politiques autour du corps ? Claude Guillon, auteur notamment de "Suicide, mode d’emploi" (éd. Alain Moreau, 1982) avec Yves le Bonniec, a écrit plusieurs ouvrages sur cette question. Dans "Je chante le corps critique, les usages politiques du corps" aux éditions H&O (septembre 2008), il nous propose un essai exhaustif, appuyé par de nombreux exemples qui tranchent parfois avec les sommes de chercheurs universitaires.

Communiste libertaire, il interroge le rôle du corps dans le système capitaliste, de l’eugénisme au XIXe siècle aux nanotechnologies aujourd’hui et bientôt les NBIC (Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives). Ce domaine scientifique touche aux limites de l’humain, travaillant au-delà des capacités humaines en les couplant avec l’informatique, ce qui soulève des réflexions sur le transhumanisme.

Avec l’avènement du capitalisme, le corps est soumis aux conditions de travail, régies par le taylorisme, puis le fordisme. La force de travail devient la fierté des ouvriers qui s’opposent parfois aux patrons paternalistes tentés d’assurer le renouvellement de la main-d’œuvre avec des assurances-vie dont ils veulent maîtriser la gestion. Au XXe siècle, le corps devient marchandise et Claude Guillon développe longuement la situation du corps des femmes, objet de séduction et de possession dans une société misogyne.

Le corps est aussi utilisé par les artistes ou les militants. Ces derniers s’en servent lors des grèves de la faim ou lors de manifestations dans lesquelles la nudité est exposée. Mais il en est aussi question dans les luttes sur le genre. Homosexuels, bisexuels et transsexuels sont-ils des éléments moteurs dans la lutte contre le système capitaliste ? Ou risquent-ils de rallier les transhumanistes qui souhaitent "ouvrir les droits de toutes les personnes intelligentes, vaincre le racisme humain et établir une citoyenneté cyberorganique" ? Pour Claude Guillon, l’enjeu est "la dépossession définitive de l’espèce humaine dans son cadre de vie et son histoire".

Ecouter l’émission

Mardi 6 juillet 2010

Invité : Guillem de Pas de gibier à flics, collectif de soutien aux inculpés de Villiers-le-Bel. Ecouter l’émission

Mardi 22 juin 2010

Bilan des 10 ans des Big Brother Awards, association qui décernait des prix aux personnes, élus, entreprises, etc. ayant le plus porté atteinte aux libertés. Quelles perspectives pour les années à venir ?

Ecouter l’émission

Mardi 8 juin 2010

Invité : Jean-Pierre Garnier, chercheur et enseignant en sociologie urbaine, auteur de l’ouvrage Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires, éditions Agone, 2010. "Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires", le sous-titre de l’ouvrage de Jean-Pierre Garnier en dit long sur la politique actuelle de gentrification. Dans "Une violence éminemment contemporaine" (éd. Agone, 2010), le sociologue a réunit un ensemble d’articles qu’il a écrit depuis plusieurs dizaines d’années sur l’urbanisation et les différentes formes de violence qui s’en suivent. Ce qu’il appelle la "néo petite bourgeoisie", une classe intermédiaire intellectuelle, a conquis le centre-ville au dépend des classes populaires, rejetées à la périphérie de la ville, à la limite des zones rurales. Jean-Pierre Garnier décrit longuement cette classe, notamment à Paris, qui occupe de plus en plus l’Est de la capitale rénovée. Ce phénomène de gentrification exclut les pauvres du "droit à la ville", c’est-à-dire de "l’usage plein et entier de l’espace urbain". À cette violence faite aux classes populaires ces dernières décennies se couple celle du sous-prolétariat, "la haine réactive", analysée à travers les révoltes des cités comme en novembre 2005. La violence symbolique de l’État est abordée tout au long du livre, dans le discours (novlangue) ou à travers la politique sécuritaire.

Ecouter l’émission

Mardi 25 mai 2010

Invitée : une militante du réseau Université sans frontière sur le flicage des sans-papiers.

Ecouter l’émission

Mardi 11 mai

Invités : des organisateurs des Big Brother Awards qui remettent des prix aux personnes, élus, etc. ayant le plus porté atteinte aux libertés collectives ou individuelles. Les rendez-vous : mercredi 12 mai 2010 à 9h30 pour découvrir le palmarès lors d’une conférence publique qui aura lieu à La Cantine (Paris 2) en présence des organisateurs et de membres du jury. La 10ème édition des Big Brother Award en France aura lieu le 29 mai 2010 à Saint-Denis, à la Belle Etoile, théâtre de la Compagnie Jolie Môme. Outre la traditionnelle compétition annuelle, journée de rencontres et d’ateliers, en présence de différents collectifs de résistance qui ont été distingués au Prix Voltaire depuis dix ans.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 27 avril

Invités : organisateurs du Festival des résistances et des alternatives à Paris (Frap) qui a lieu du 7 au 18 mai.

Le programme

Ecouter l’émission

Emission mardi 13 avril

Invités : deux militants de la Coordination des intermittents et précaires d’Île-de-France. sur le flicage des précaires.

Ecouter l’émission

Emission mardi 30 mars

Invité : Jean-Luc Porquet, journaliste au Canard enchaîné, auteur notamment de la chronique Plouf ! Jean-Luc Porquet, journaliste au Canard enchaîné, rédige chaque semaine la rubrique Plouf !, dans laquelle il met en avant un fait d’actualité qui a particulièrement retenu son attention. Il dénonce fréquemment les atteintes aux libertés portées par les nouvelles technologies et les problèmes environnementaux engendrés par le système marchand. Ces sujets sont aussi les centres de réflexion de Jacques Ellul (1912-1994), sociologue que Jean-Luc Porquet a étudié. Il a écrit en 2003 Jacques Ellul, l’homme qui avait presque tout prévu (éd. Le Cherche midi) et préfacé une réédition de son ouvrage Le Bluff technologique (Hachette, 2004). Dans cette émission, Jean-Luc Porquet aborde les sujets d’actualité traitant de la société de surveillance comme Loppsi 2. On revisite avec lui des événements tels que l’occupation de la Cnil en décembre 2007. Jean-Luc Porquet évoque la pensée de Jacques Ellul, personnage paradoxal anarchiste et chrétien, qui a critiqué la société technicienne, affirmant que "la technologie s’accroît, imposant ses valeurs d’efficacité et de progrès techniques, niant l’homme, ses besoins, sa culture, la nature".

Ecouter l’émission

Emission mardi 16 mars

Invité : Nawaks de la ligue Odebi, association d’internautes qui défend les libertés sur le Net. L’assemblée nationale vient de voter Loppsi 2 (loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure) qui contient un volet sur le filtrage des sites et l’aggravation des délits de contrefaçon commis en ligne. Cette loi ne fait qu’aggraver les atteintes aux libertés sur Internet qui sévissent depuis quelques années.

La ligue Odebi s’est créée en 2002 pour défendre les droits des internautes. Ces dernières années, elle a notamment lutter contre la création d’Hadopi, instance de surveillance sur Internet définitivement adoptée par la loi "Internet et création" en septembre dernier. Hadopi est la concrétisation de plusieurs lois mis en places depuis 2001 avec la LSI (Loi sur la société de l’information) sous Jospin. La ligue Odebi s’oppose à Hadopi créée pour empêcher le téléchargement illégal sur Internet. L’association s’appuie sur une étude de l’université de Harvard (USA) qui démontre que les utilisateurs du P2P (peer-to-peer) pratiquant l’échange de musiques sont de plus gros consommateurs de biens culturels que les autres. Pour Odebi, Hadopi est une milice privée qui collecte les adresses IP et les emails, "elle a vocation à devenir un organe de contrôle et de régulation du web". Loopsi 2 (loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure) qui vient d’être votée à l’assemblée nationale rend possible le filtrage de sites, ce qui est une atteinte à la neutralité du Net. Visant d’abord les sites pédopornographiques, la loi risque de systématiser le filtrage et de bloquer des sites légaux. Elle instaure aussi le délit de contrefaçon sur le web, alignant les peines sur les contrefaçons en bande organisée, mêlant ainsi celles à but lucratif et celles qui ne le sont pas. Odebi utilise comme mode de défense les casseroles days (manifestations numériques) en mettant en ligne des informations sur les députés soutenant cette loi qui ont eu des démêlés avec la justice. L’association a aussi lancé Odebian, un logiciel protégeant les internautes de la surveillance.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 2 mars

Diffusion de l’intervention de Jean-Pierre Garnier le 2 décembre 2008 à l’université populaire de Saint-Denis, premier volet du cycle "L’espace public réenchanté ou la disneylandisation du mode de vie urbain". Quel sens donner à la mise en scène, par le biais de la "requalification" et de "l’animation événementielle" de certains espaces publics, d’une urbanité placée sous le signe de la réappropriation ludique et conviviale de la ville ? Opportunité offerte aux citadins de faire valoir leur vision propre du « vivre ensemble » et leur aptitude à la mettre en œuvre ? Plutôt mise en condition et normalisation à visées à la fois consensuelles et commerciales. Il s’agira de montrer, exemples à l’appui, dans quel contexte et avec quelles finalités se met en place ce "dispositif", au sens que le philosophe Giorgio Agamben donne à ce concept : « Tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours ». « Qu’est-ce qu’une société (ou une Cité) disneylandisée ? Peut être appelée ainsi toute société où les maîtres sont les maîtres des attractions, et les esclaves spectateurs ou acteurs de celles-ci. » (Philippe Muray)

Ecouter l’émission

Emission du mardi 16 février

Invité : l’écrivain Claude Guillon pour son livre La Terrorisation démocratique (éditions Libertalia, septembre 2009). L’ouvrage présente la politique de terrorisation de la population comme une « stratégie sociale cohérente », en s’appuyant sur la description d’un arsenal législatif répressif constamment enrichi depuis plus de vingt ans. Claude Guillon part de 1986, année où la notion de subjectivité est introduite dans la législation antiterroriste et où les discours politiques commencent à associer l’étranger, le jeune et le terroriste. Il passe en revue les mécanismes de cette politique, s’attardant notamment sur le crime d’ « association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste », mis en lumière en 2008 à l’occasion de « l’affaire de Tarnac », mais qui avait déjà servi par le passé à l’encontre d’individus moins « médiatisables ». Il souligne aussi l’influence de la législation européenne, à l’origine du mandat d’arrêt européen. Il détaille enfin les cibles principales de cette politique – le jeune et l’étranger – et revient sur l’affaiblissement de la critique démocratique, centrée essentiellement sur la dénonciation des excès et des dérives des politiques sécuritaires.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 2 février

Invité : Alain Brossat, professeur de philosophie à l’université Paris VIII-Saint-Denis et auteur de l’ouvrage Tous Coupat, tous coupables, éd. Lignes, janvier 2009.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 19 janvier

À l’occasion de la campagne de la Ligue des droits de l’Homme "Urgence pour les libertés et les droits", les Amis d’Orwell ont reçu Jean-Claude Vitran, responsable du groupe "Liberté et technologies de l’information" au sein de cette association.

Ecouter l’émission

Emission mardi 5 janvier 2010

Alors que la Commission nationale du débat public sur les nanotechnologies organise dans toute la France des pseudo-débats sur le sujet, Les Amis d’Orwell diffusent le reportage de Radio Grésivaudan réalisé à Grenoble le 1er décembre à cette occasion. Les militants contre le "nanomonde" ont réussi à annuler la séance. Pièces et main d’œuvre, collectif grenoblois connu pour son opposition aux nanotechnologies dénonce la "campagne d’acceptabilité des nanotechnologies" menée en France par la Commission nationale du débat public sur les nanotechnologies. "À Grenoble, les chercheurs de l’Université Joseph-Fourier (scientifique) et des instituts de sciences dures du CNRS ont reçu des mails les incitant à bourrer la salle pour soutenir la tribune et riposter à d’éventuelles manifestations d’opposition". Après les séances perturbées de Strasbourg, Toulouse, Clermont-Ferrand et la première annulation de Lille, 200 opposants se sont invités à la réunion de Grenoble le 1er décembre en manifestant leur opposition par des chants et des slogans et ont fini par interrompre le débat.

Ecouter le reportage

Depuis, les organisateurs ont intensifié les mesures de sécurité : à Metz, le 15 décembre, ils ont décidé de séparer les intervenants du public, le débat devant se dérouler par vidéoprojection. Le débat de Rennes le 7 janvier a été perturbé par 150 militants ; il s’est terminé entre convaincus dans une petite salle, à l’abri des opposants.

Pour en savoir plus

Emission du 22 décembre

Les Amis d’Orwell ont reçu mardi 22 décembre des membres de la rédaction Z, "revue itinérante d’enquête et de critique sociale". Son premier numéro, principalement réalisé dans le Tarn, était consacré aux puces RFID, des moutons aux hommes. Le deuxième numéro, basé à Marseille, s’est intéressé à la politique d’urbanisation et ses conséquences sur la vie des habitants pauvres, refoulés à la périphérie des quartiers rénovés.

La revue Z va bientôt sortir son troisième numéro. Une partie de sa rédaction est venue nous expliquer comment est né le journal et ce qu’elle défend. Revue itinérante, Z part dans un lieu différent pour chaque édition. À l’occasion de son premier numéro dans le Tarn, l’équipe a rencontré un berger qui s’oppose au puçage des brebis. Les puces RFID envahissent peu à peu notre quotidien, et la revue nous montre, à travers des articles, les domaines qu’elles gangrènent, du bracelet électronique pour les nouveau-nés aux cartes de transport tel le pass Navigo à Paris. La rédaction dénonce plus largement la société de contrôle, qui se met en place dès la naissance. Dans le deuxième numéro à Marseille, on découvre une ville où la municipalité veut faire place nette, chassant les pauvres, mais se servant aussi, quand ça l’arrange, de l’image cosmopolite qu’elle véhicule. Marseille, cité d’accueil, a pourtant été pionnière dans la détention des étrangers avec le centre d’Arenc, ouvert dès 1963. Non loin de Marseille, Cadarache, un des plus grands centres nucléaires français, prospère. Une occasion, pour l’équipe de Z, de s’attaquer à ce système et aux enjeux de pouvoir qu’il véhicule. Le prochain numéro, dédié à Amiens, donnera la parole aux ouvriers dans une région frappée par le chômage.

Ecouter l’émission

Emission du 8 décembre

Invité : le groupe Oblomoff. Le groupe Oblomoff s’est constitué en 2004 pour dénoncer les technosciences, c’est-à-dire la recherche "organisée pour servir les impératifs de puissance économique et militaire". Les militants font remonter au XVIIe siècle avec l’avènement de la science moderne ce lien entre le milieu scientifique et le politique. Pour Oblomoff, la science moderne, basée sur l’expérimentation, ne permet à elle seule "d’appréhender qu’une infime partie du réel". Elle pose problème quant il s’agit d’aborder le monde du vivant : "Elle est à l’origine de la manière tout à fait mortifère dont l’agro-industrie traite les sols, les plantes et les animaux." Le groupe s’attaque au "fétichisme collectif autour de la science pure", "à la logique de séparation des sphères de l’existence" qui aboutit à la société d’aujourd’hui, crédible face au développement de la biométrie ou des nanotechnologies. "Le projet global de la technoscience consiste à vouloir sauver la biosphère en fabriquant une nature de synthèse".

Le livre Un futur sans avenir, pourquoi il ne faut pas sauver la recherche scientifique (éditions L’Échappée, septembre 2009) d’Oblomoff est un recueil de textes déjà publiés qui décrit leur pensée et leurs actions depuis 2004. Le groupe défend la "raison critique qui ne fait pas des êtres vivants des machines, mais tente de saisir le monde dans son unité, sa multitude, ses limitations et surtout ses contradictions". "L’élaboration d’un rapport non-marchand à la connaissance est au cœur de ce que nous souhaitons faire émerger."

Ecouter l’émission

Emission du 10 novembre

Invités : des militants du groupe Cl6ash et de la Fédération anarchiste, qui organisent un meeting le 21 novembre prochain (17 h 30-22 h 30), à la Bourse du travail de Saint-Denis sur l’antisécuritaire.

Ecouter l’émission

Emission du 27 octobre

Invités : des militants du RAIDH (Réseau d’alerte et d’intervention pour les Droits de l’Homme) qui a mené notamment une campagne contre le Taser, pistolet électrique paralysant. Le 2 septembre 2009, le Conseil d’État annule le décret autorisant les policiers municipaux à se doter de pistolets Taser. C’est une victoire pour le RAIDH ((Réseau d’alerte et d’intervention pour les Droits de l’Homme) qui avait saisi la justice contre ce pistolet électrique controversé. Aujourd’hui, 351 personnes sont décédées dans le monde après avoir été touchées par un Taser. Le RAIDH mène une campagne contre le Taser depuis plusieurs années. En mai 2006, l’association a publié un rapport intitulé "Taser, dernière gégène au pays des Droits de l’Homme ?" dans lequel elle dénonce ce nouvel instrument de torture. Après avoir lancé un appel d’offre l’été 2006, Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur, a équipé les policiers de ce pistolet Taser qui était jusqu’en août 2006 en vente libre. Le RAIDH retrace dans cette émission l’histoire de leur mobilisation et les raisons de leur engagement contre cette arme qui leur a valu un procès. En effet, l’entreprise commercialisant le Taser en France a attaqué l’association en justice pour avoir dénoncé le caractère dangereux du pistolet. Après avoir été déboutée au tribunal de grande instance de Paris, l’entreprise a fait appel. Récemment, Taser international vient de reconnaître "dans une note d’instruction à destination des personnels de police de ne pas tirer sur la poitrine afin d’éviter tout trouble cardiaque."

Ecouter l’émission

Emission du 14 octobre

Invité : Maurice Rajsfus, auteur de l’ouvrage Portrait physique et mental du policier ordinaire (aux éditions Après la Lune, 2008, 180 pages, 14 euros). Ce spécialiste de la profession se moque des flics, affirmant que "pour le policier, il n’y a pas d’innocents, seulement des suspects. Cela simplifie l’approche et justifie la rudesse des rapports". Maurice Rajsfus, historien et auteur de plus de cinquante livres, est spécialiste de la Shoah et de la police, sur laquelle porte le tiers de ses écrits. Il est cofondateur de l’observatoire des libertés publiques qui publie un bulletin mensuel Que fait la police, recensant les bavures policières.

Dans son ouvrage Portrait physique et mental du policier ordinaire (aux éditions Après la Lune, 2008, 180 pages, 14 euros), Maurice Rajsfus dresse un portrait acerbe de ce corps de métier dont il a subi très tôt la violence. Le 16 juillet 1942, il est arrêté avec sa famille lors de la rafle du Vélodrome d’hiver, dénoncé par un ancien voisin flic. On perçoit en filigrane ce qu’il a démontré dans ces autres textes : l’institution policière formatée qui "s’adapte à tous les régimes", de la 1re république, période pendant laquelle ses pouvoirs se développent, en passant par Vichy jusqu’à aujourd’hui. Les mêmes policiers ont servi pendant l’Occupation et à la Libération. Deux événements ont renforcé les prérogatives de la police : La guerre d’Algérie et mai 1968. Au cours de l’émission Les Amis d’Orwell, Maurice Rajsfus aborde l’histoire de la police, ses rapports avec la démocratie : "Les discours sur la démocratie n’ont pas la moindre valeur si les policiers peuvent agir en dépit des lois". On voit comment ces derniers traitent leur code de déontologie, créé en 1986.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 29 septembre

À l’occasion de la programmation de la pièce 1984, Big Brother vous regarde, adaptation du roman 1984 de George Orwell, au théâtre de Ménilmontant, Les Amis d’Orwell ont rediffusé un reportage réalisé l’année dernière lors de la sortie de ce spectacle. Entre théâtre et cinéma, le spectacle 1984, Big Brother vous regarde, mis en scène par François Bourcier et produit par Sébastien Jeannerot révèle tous les enjeux de l’œuvre de George Orwell. Les Amis d’Orwell vous proposent d’écouter des morceaux choisis du spectacle accompagnés de commentaires de Sébastien Jeannerot, également acteur dans la pièce.

Ecouter le reportage

1984, Big Brother vous regarde Du jeudi au samedi à 21 h, le dimanche à 16 h

Théâtre de Ménilmontant 15, rue du retrait 75020 Paris Métro Gambetta

Emission du mardi 15 septembre

L’émission Les Amis d’Orwell a reçu Bruno, de l’association Urbanisme et démocratie dans le 14e arrondissement de Paris et Jean-Pierre de La Commune libre d’Aligre, pour le collectif Démocratie et Libertés. 1250 caméras de vidéosurveillance vont être installées à Paris à partir de la fin 2010, en plus de celles déjà présentes dans les transports en commun, le parc public et le privé. Le mouvement d’opposition mené par le collectif Démocratie et Libertés s’amplifie. La préfecture de police de Paris a lancé officiellement son plan "1000 caméras" à Paris en octobre 2008 en l’annonçant au conseil de Paris. Appuyé par la mairie de Paris, ce projet coûtera près de 300 millions d’euros sur 15 ans. Prévoyant au départ l’installation de 1226 caméras, la préfecture a revu son chiffre à la hausse, annonçant 1250 caméras cet été. Le collectif Démocratie et libertés s’est créé dans le 12e arrondissement à Paris à l’initiative de l’association La Commune libre d’Aligre qui a lancé une pétition "Non à la vidéosurveillance dans nos quartiers !". De nombreuses associations parisiennes ont depuis rejoint le mouvement ainsi que des militants politiques et quelques élus municipaux.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 30 juin

Les Amis d’Orwell ont invité Laurie Laufer et Rémy Potier, enseignants-chercheurs en psychologie clinique et psychanalystes, parmi les premiers signataires de la pétition l’Appel des appels. qui fonctionne avec de nombreux collectifs locaux.

L’Appel des appels a été initié par deux psychanalystes et chercheurs, Roland Gori et Stephen Chedri en janvier 2009 pour lutter contre "l’idéologie de l’homme économique".

L’Appel des appels réunit "professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture" qui s’opposent à la soumission de leur métier aux lois du marché.

Cette civilisation de la marchandisation défend le primat du chiffre. Elle réduit l’individu à une chose à exploiter, niant sa subjectivité. Elle conduit à une société de contrôle, à "un totalitarisme mou", d’après Roland Gori, psychanalyste initiateur de l’Appel des appels. Elle s’inscrit pleinement dans le discours génétique qui affirme que l’homme est prédestiné et qui s’est traduit fin 2005 par un rapport de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) démontrant le lien entre les difficultés psychologiques de l’enfant et le futur délinquant. Ce rapport a conduit à l’Appel "Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans", dénonçant les risques de dérives dans la pratique de soin. L’Appel des appels est dans la lignée de cette mobilisation.

Pour Laurie Laufer et Rémy Potier, "la convergence des forces du néolibéralisme, du scientisme, de l’utilitarisme impose une vision réductrice de l’humain." La psychanalyse, décrivant l’homme tragique, divisé avec lui-même, ne peut soutenir ce système pragmatique décrit par le philosophe Michel Foucault. Ils tentent de nous expliquer comment l’homme accepte les dispositifs de normalisation.

Ecouter l’émission

À lire : la revue Cassandre, printemps 2009, consacrée à l’Appel des appels.

Emission du mardi 2 juin

Les Amis d’Orwell ont reçu mardi 2 juin David Forest à l’occasion de la sortie de son dernier livre Abécédaire de la société de surveillance (mai 2009, éditions Syllepse). David Forest est un avocat spécialisé dans les technologies de l’information et docteur en sciences politiques. Dans son ouvrage, il aborde la société de surveillance à travers des mots clés : ADN, biométrie, carte d’identité ou encore anonymat. L’originalité de son texte réside dans son approche juridique. Il dégage un double mouvement dans la mise en place de la société de surveillance : la déréglementation, encouragée par la politique européenne, afin de favoriser le développement du marché du sécuritaire ; et la suréglementation policière. La première se manifeste notamment par l’apparition d’une multitude d’autorités administratives indépendantes (AAI) qui bénéficient de pouvoirs réglementaires. La Cnil (Commission informatique et libertés) en est un bel exemple, utilisant abondamment les procédures simplifiées pour faire face au déferlement des fichiers. Dans le cas de la suréglementation policière, indiquons, entre autres, que les services de police ont accès aux fichiers privés sans passer par un magistrat. David Forest insiste également sur la surveillance dans l’entreprise, de plus en plus forte avec l’informatisation et l’accès à Internet.

Emission du mardi 19 mai 2009

Invité : Jean-Pierre Martin, du collectif Non à la politique de la peur qui s’est créé suite au discours de Nicolas Sarkozy à l’hôpital psychiatrique d’Antony. Ce dernier annonce notamment l’usage de bracelets électroniques et de caméras de surveillance au nom de la dangerosité des malades mentaux.

Le collectif regroupe des psychiatres (Appel des 39-la nuit sécuritaire, Union syndical de la psychiatrie), mais aussi le Syndicat de la magistrature, la Ligue des droits de l’homme, la CNT santé-sociale, etc. Il appelle à la mobilisation contre les dérives sécuritaires et à une préparation des Etats généraux des droits et libertés samedi 6 juin à 13 h à la bourse du travail de Paris (3, rue du Château-d’Eau, Paris 10e).

Jean-Pierre Martin est psychiatre, vice-président du Comité européen : droit éthique et psychiatrie (Cedep) et auteur notamment de l’ouvrage Psychiatrie dans la ville (2000, éditions Erès)

Ecouter l’émission

Emission du mardi 5 mai

A l’occasion du Festival des résistances et alternatives à Paris (Frap) qui a eu lieu du 7 au 17 mai, Les Amis d’Orwell ont reçu deux de ses organisateurs.

Le Frap propose des rencontres festives, des débats politiques dans des lieux alternatifs de Paris. Plusieurs journées seront centrées sur les atteintes aux libertés comme celle du dimanche 10 mai, "La journée innommable" (à Ecobox, 37, rue Pajol, dans le 18e arrondissement) sur la vidéosurveillance à Paris notamment, celle du mercredi 13 mai, "La génétique ou la liberté", au Garage Candy (rue Candy, métro Ledru-Rollin), ou celle du dimanche 17 mai, "Journée de solidarité avec les inculpés de l’antiterrorisme", dans le local de la CNT au 33, rue des Vignolles (20e arrondissement).

Ecouter l’émission

Emission du mardi 21 avril 2009

Les Amis d’Orwell ont reçu mardi 21 avril des directeurs d’école qui refusent d’inscrire leurs élèves dans le fichier national Base-élèves. Depuis août 2004, le fichier Base-élèves s’est imposé progressivement aux directeurs d’école, d’abord de façon "expérimentale", puis officiellement depuis l’arrêté du 20 octobre 2008 "portant création de Base-élèves". Le fichier informatique centralisé Base-élèves recueille les informations personnelles de chaque enfant depuis son inscription à la maternelle. Il inclut un identifiant national élève (INE) qui suivra l’élève pendant toute sa scolarité et dont les données pourront être conservées 35 ans. Il est consultable en partie par la mairie.

Ce fichier, rempli par les directeurs d’école sans autorisation des parents, contenait dans sa phase "expérimentale" les coordonnées de l’enfant, ainsi que sa nationalité, la date d’arrivée en France, le suivi médical et psychologique, l’absentéisme, le handicap éventuel.

Face à la mobilisation des parents et professeurs, il a été modifié par l’arrêté du 20 octobre 2008 qui l’officialise. Mais il reste un outil dangereux, pièce maîtresse du fichage de la population. En outre, des projets sont en cours qui pourraient alimenter ce fichier comme le livret scolaire électronique répertoriant les résultats d’évaluations individuelles ou le fichier national sur le retard scolaire.

Le 8 novembre 2008, une vingtaine de collectifs départementaux opposés au fichier Base-élèves se sont réunis à la bourse du travail de Paris, créant le Collectif national de résistance à Base-élèves (CNRBE) Ce collectif a lancé un appel de désobéissance au fichier Base-élèves, qui a été signé par plus de 185 directeurs d’école aujourd’hui. Ceux-ci ont reçu le prix Voltaire des Big brother awards qui récompense les collectifs ou individus militant pour préserver les libertés individuelles.

Eve, directrice d’école élémentaire en Seine-et-Marne et syndicaliste au Snuipp (Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC), Gérard Clavet, directeur d’école élémentaire dans l’Oise à la retraite et ancien secrétaire adjoint au Snuipp, et Joseph, syndicaliste à Sud, directeur d’école dans l’Aveyron et initiateur de cet appel, nous explique pourquoi ils refusent le fichier Base-élèves.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 31 mars 2009

A l’occasion de la remise des Big Brother Awards le samedi 4 avril à partir de 19 h, Les Amis d’Orwell reçoivent Jérôme Thorel, co-organisateur de l’événement pour une émission exceptionnelle. Les Big Brother Awards ont lieu chaque année. Il s’agit de distinguer les personnes, entreprises ou institutions ayant le plus porté atteinte aux libertés fondamentales, publiques ou privées. Jérôme Thorel nous présentera les nominations de l’année 2008, dans les catégories Orwell entreprise, localités, Etat & élus, Novlang, ensemble de son œuvre, et enfin voltaire, le "prix de la vigilance citoyenne".

Ecouter l’émission

Emission du mardi 24 mars 2009

Invité : Philippe Langlois, hacker et organisateur du premier Hacker Space Fest français qui s’est déroulé en juin 2008 à Vitry-sur-Seine. Cet événement a rassemblé 150 hackers, venus d’une dizaine de pays, sympathisants du logiciel libre et défenseurs des libertés individuelles sur Internet. Le prochain Hacker Space Fest aura lieu du 26 au 30 juin 2009.

Philippe Langlois défend "une utilisation créative, une dimension sociale et ludique des technologies". Le terme Hacker provient du mot anglais "hacking" qui signifie "l’usage créatif de la technologie", non pas "la pénétration illégale de systèmes informatiques". Philippe Langlois nous parlera notamment du développement d’outils favorisant la vie privée. Philippe Langlois participe à un "laboratoire temporaire", le tmb/lab, ouvert tous les jeudis soirs. Il propose actuellement une exposition, La petite église de la sécurité, jusqu’au 4 avril.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 10 mars 2009

Invité : Bruno, de l’association Urbanisme et démocratie dans le 14e arrondissement de Paris et membre du collectif Démocratie et Libertés, composé de militants parisiens qui s’opposent à l’installation de 1226 caméras de vidéosurveillance dans la capitale d’ici la fin 2010. Le 20 octobre 2008, lors du conseil de Paris, le préfecture de Paris a exposé son "Plan de vidéoprotection pour Paris", informant du quadrillage de la capitale de caméras de surveillance, les 120 caméras déjà en place étant de "qualité médiocre". Les élus ont entre autres appris qu’un des objectifs de ce plan est de surveiller les manifestations. La Commune libre d’Aligre, association de quartier du 12e arrondissement a lancé une pétition contre le projet de caméras et initié des rencontres, aboutissant à la création du collectif Démocratie et Libertés.

Consulter le projet de la préfecture de Paris

Consulter des extraits de la réunion du conseil de Paris du 20 octobre 2008

Consulter les projets d’implantation des caméras par arrondissement

Ecouter l’émission

Emission du mardi 24 février 2009

Invité : Jean-Jacques Reboux, auteur avec Romain Dunand de la Lettre au garde des Sceaux pour une dépénalisation du délit d’outrage, éditions Après la lune.

Jean-Jacques Reboux est auteur de romans noirs et éditeur, victime du délit d’outrage. Avec d’autres militants mis en garde à vue pour avoir osé contester la toute puissance policière, il a créé le Collectif pour une dépénalisation du délit d’outrage (Codedo).

"A la suite d’un banal contrôle routier, ayant contesté un PV imaginaire, j’ai été violemment interpellé puis conduit au commissariat". Jean-jacques Reboux est responsable des éditions Après la lune. Il a raconté ses démêlés avec la police qui ont eu lieu le 26 juillet 2006 dans Lettre ouverte à Nicolas Sarkosy, ministre des libertés policières (éd. Après la lune, octobre 2006). Il a été condamné à 150 euros avec sursis pour délit d’outrage alors qu’il résistait aux abus de pouvoir de la police.

Deux ans plus tard, constatant le recours fréquent de la police à ce délit, il a écrit Lettre au garde des Sceaux pour une dépénalisation du délit d’outrage (éd. Après la lune, juin 2008) avec Romain Dunand.

Ce dernier, militant de la Confédération nationale du travail (CNT), a été condamné à 800 euros d’amende dont 600 avec sursis pour outrage à Nicolas Sarkozy en décembre 2006. Il avait écrit une lettre de soutien à un militant du Réseau éducation sans frontières (RESF), adressée au ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, comparant sa politique à celle de Vichy.

Depuis, ils ont participé à la création du Collectif pour une dépénalisation du délit d’outrage (Codedo), lançant une pétition "Pour en finir avec le délit d’outrage et le délit d’offense au président de la Répubique".

Ecouter l’émission

Emission du mardi 10 février 2009

La RATP vient d’installer des panneaux publicitaires animés comprenant des capteurs qui étudient les comportements des usagers. Ces caméras de vidéosurveillance intégrées ont pour fonction d’analyser la réaction de l’usager face à la publicité, d’observer le déplacement de son regard. Près d’un millier de panneaux publicitaires de ce type vont être déployés dans le métro et le RER d’ici la fin de l’année.

Invités : Alexandre Baret de l’association "Résistance à l’Agression Publicitaire" qui s’oppose à ces publicités. Avec "Souriez, Vous Etes Filmés", "Big Brother Award" et "Robin des Toits", une action, "La Jonchée", a été organisée mercredi 29 janvier, devant 4 publicités interactives à la station Charles-de-Gaulle-Etoile. Une dizaine de manifestants s’est allongée devant pour protester contre leur installation et informer les usagers.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 27 janvier

Les Amis d’Orwell ont invité, pour l’émission de mardi 27 janvier, Martine, Farid et Gabriel, militants du mouvement social. Ils ont participé à la réalisation d’une brochure Mauvaises intentions sur Infokiosques contre la répression qui touche les militants "dans leurs façons de lutter" et qui "vise leurs modes d’organisation et leurs pratiques". Ils soutiennent plus particulièrement Isa, Juan et Damien, en détention préventive dans le cadre de la loi antiterroriste.

Ces derniers sont soupçonnés d’avoir tenté d’incendier une dépanneuse de police dans le 18e arrondissement de Paris, au soir de l’élection présidentielle de 2007. Leurs empreintes ADN ont été prélevées de force pendant leur incarcération, et elles correspondraient à celles trouvées sur la voiture de police.

Farid a été arrêté en même temps qu’Isa à Vierzon : il est actuellement sous contrôle judiciaire, mis en examen dans le cadre d’une instruction antiterroriste pour avoir convoyé du chlorate et des plans d’établissement pénitentiaire. Gabriel a également été mis en garde à vue dans le cadre de la loi antiterroriste, mais il a été relâché.

L’émission a été enregistrée quelques jours avant la manifestation de soutien à "tous les révoltés" et notamment à Isa (en prison depuis presque 1 an), Juan (en prison depuis 6 mois) et Damien (en prison depuis 4 mois) qui a eu lieu à Barbès (Paris 18) samedi 24 janvier, et qui a été lourdement réprimée.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 13 janvier 2009

Invité : Noé Le Blanc, journaliste, auteur notamment de l’article Sous l’œil myope des caméras, Le Monde diplomatique, septembre 2008 et de l’article Télésurveillance, Revue du Mauss permanente, 14 décembre 2008. Noé Le Blanc démontre l’inefficacité des caméras de surveillance en s’appuyant sur plusieurs études britanniques dont celle du ministère de l’Intérieur publiée en février 2005. La vidéosurveillance, qui rate son objectif avoué, dissuader et détecter les délits, est surtout un marché lucratif de normalisation et de contrôle des pauvres.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 16 décembre 2008

Les fichiers aujourd’hui.

Retransmission de l’intervention d’Hélène Franco, présidente du Syndicat de la magistrature à l’université populaire de Saint-Denis, le jeudi 23 octobre dans le cadre du cycle La société sous contrôle, organisé par Les Amis d’Orwell. Hélène Franco passe en revue les fichiers les plus liberticides : Edvige, Fnaeg, Cristina, Eloi, etc. Ecouter l’émission

Emission du mardi 2 décembre 2008

La Cnil, bilan et perspectives Invité : David Forest, avocat et docteur en sciences politiques. Il a écrit plusieurs tribunes dans Libération à l’occasion des trente ans de la Cnil, notamment "A 30 ans, la Cnil est déjà à bout de souffle" Il est également l’auteur de l’ouvrage Le Profétisme communicationnel, la société de l’information et ses futurs, Syllepse, 2004.

Emission du mardi 18 novembre 2008

Les Amis d’Orwell se sont rendus au théâtre Ménilmontant pour réaliser un reportage autour de la pièce de théâtre 1984 (Big Brother vous regarde). Entre théâtre et cinéma, cette pièce est une adaptation fidèle du roman de George Orwell. Entretien avec Sébastien Jeannerot, le producteur de la pièce qui interprète aussi Winston, le personnage principal. Adaptation : Alan Lyddiard. Mise en scène : Alan Lyddiard et François Bourcier, cometteurs en scène.

Ecouter le reportage (41 min)

Emission du mardi 4 novembre 2008

Invité : Jérémie Zimmermann, membre fondateur du collectif La Quadrature du Net. La projet de loi "Riposte graduée" vient d’être voté au sénat pour mettre fin au téléchargement illicite de films et musiques. Le point sur la surveillance des internautes aujourd’hui.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 21 octobre 2008

Invité : Claude-Marie Vadrot

Dans son ouvrage, La Grande Surveillance, Claude-Marie Vadrot, journaliste à Politis, Médiapart et enseignant à l’université de Paris VIII, dresse un bilan de la société de surveillance aujourd’hui. Vidéosurveillance, biométrie, fichiers privés et publics, carte vitale… il fait le point sur les différentes techniques de contrôle qui sévissent dans notre vie quotidienne.

Ecouter l’émission .

Emission du mardi 7 octobre

Présentation de la journée d’action internationale du samedi 11 octobre intituléeFreedom Not Fear qui a lancé cet appel :

"Constatant une dérive vers une société de surveillance où la liberté d’expression et d’information est menacée, les responsables de nombreuses organisations à travers le monde appellent à une journée d’action commune le 11 octobre 2008."

Invité : Pascal Cohet, de Odebi, à l’initiative de cette manifestation.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 23 septembre

Pourquoi la population accepte-t-elle d’être surveillée et fichée ? D’où vient cette peur de l’autre et ce besoin de sécurité ? Dans certains immeubles sont installées des caméras qui permettent aux résidents de surveiller les autres. Comment expliquer se développement ?

Invité : Franz Kaltenbeck, psychanalyste au SMRP de la maison d’arrêt de Lille, rédacteur en chef de la revue Savoirs et Clinique.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 24 juin

Invité : Mathieu Rigouste, chercheur en socio-histoire. Il s’intéresse à la légitimation du contrôle et à la représentation de la menace. Auteur de l’ouvrage (sa thèse) L’Ennemi intérieur postcolonial. De la guerre coloniale au contrôle sécuritaire (1954-2007), Paris, La Découverte, 2008. Ecouter l’émission

Emission du mardi 10 juin

Invité : Armand Mattelart, enseignant chercheur en sciences de l’information et de la communication à Paris VIII, et notamment auteur du livre La Globalisation de la surveillance (aux origines de l’ordre sécuritaire), La Découverte, septembre 2007. Comment la société de contrôle s’est-elle mise en place dans l’espace (Europe, Amérique du Sud et États-Unis) et dans le temps (du XIXe siècle à nos jours) ? Ecouter l’émission

Emission du mardi 27 mai

Entretien avec Hélène Franco, présidente du Syndicat de la magistrature. Sujets abordés : les établissements pénitentiaires pour mineurs (EPM), le fichage de la population, les peines planchers, la loi de "Rétention de sûreté", etc. Hélène Franco est juge des enfants au tribunal de Bobigny (93). Ecouter l’émission.

Emission du mardi 13 mai

Interview de Jean-Yves Hubert, militant du collectif Refus ADN, qui refuse de se soumettre au prélèvement ADN, et qui est poursuivi pour la deuxième fois pour ce même délit. Sa première condamnation date d’août 2006 : suite à une bagarre avec un colocataire, il avait refusé de donner ses empreintes génétiques et donc d’être fiché dans le Fnaeg (Fichier national automatisé des empreintes génétiques) qui contient plus de 500 000 profils génétiques. Ecouter l’interview

Conférence de Loïc Dachary (spécialiste du logiciel libre), qui est intervenu à l’université populaire de Saint-Denis le 26 mars 2008, sur le thème de la surveillance sur Internet, dans le cadre du cycle Surveillance généralisée, organisé par Les Amis d’Orwell. Ecouter la conférence

Emission du mardi 1er avril

1- Invitée : une professeure d’allemand qui s’est fortement mobilisée contre le site note2be.com qui notait les professeurs. Condamné par le tribunal de grande instance de Paris le 3 mars, le site, "en attendant le jugement d’appel" propose aux élèves de "notez leurs établissements." Ce site lucratif a également été déclaré illégitime par la Cnil au regard de la loi informatique et libertés.

2- Retour sur Les Big Brother Awards (BBA) avec la présentation du palmarès de l’édition 2008.

Ecouter l’émission

Emission du mardi 18 mars

Invité : Les Big Brother Awards "Chaque année, Privacy International et ses partenaires décernent, dans une quinzaine de pays, des prix Orwell aux institutions, sociétés ou personnes s’étant distinguées par leur mépris du droit fondamental à la vie privée ou par leur promotion de la surveillance et du contrôle des individus." Présentation de la cérémonie de l’édition 2008 qui aura lieu le vendredi 21 mars à partir de 19 h à l’espace Confluences, 190, Bd de Charonne, Paris 20e, M° Alexandre Dumas. Ecouter l’émission

Emission du mardi 11 mars

Diffusion de l’intervention de Maurice Rajsfus à l’universitaire populaire de Saint-Denis du mercredi 5 mars sur le thème « Le fichage de la population ». Maurice Rajsfus, historien et auteur de plusieurs livres sur la police et les atteintes aux libertés, notamment La police hors la loi, Des milliers de bavures sans ordonnances depuis 1968, Le Cherche Midi, 1996. Cofondateur de l’Observatoire des libertés publiques. Livres à paraître : Les Mercenaires de la République, éditions Le Monde libertaire, mars 2008. Portrait physique et mental du policier ordinaire, éditions Après la lune, mai 2008. Réédition : Mai 68 : sous les pavés la répression, éditions Le Cherche-midi. Ecouter l’émission

Emission du 26 février 2008 Invité : le RATP, le réseau pour l’abolition des transports payants, qui appelle à la création de mutuelles de sans-tickets, à l’heure où la RATP veut tous nous ficher avec la carte Navigo. Ecouter l’émission

Emission du mardi 12 février 2008

Invité : Pièces et Main-d’œuvre Militants grenoblois qui dénoncent l’alliance entre les élus, la recherche et les entreprises de la région pour le développement des nouvelles technologies (nucléaire, nanotechnologies notamment) dans un but mercantile, et dans un total mépris vis-à-vis de notre environnement et des populations. Ecoutez l’émission

Emission du mardi 29 janvier 2008

La ministre de l’Intérieur vient d’annoncer le triplement en trois ans des caméras sur la voie publique. Aux Lilas ou sur la place Aligre (Paris 12e), les militants se mobilisent contre la vidéosurveillance.

Invités : Gros frère, le collectif des Lilas antividéosurveillance Reportage : avec les militants de La Commune libre d’Alligre qui distribuent des tracts sur la place Alligre contre l’installation de caméras Ecouter l’émission

Emission du 15 janvier 2008

Invité : Michel Alberganti, auteur du livre "Sous l’oeil des puces (la RFID et la démocratie)" (Actes Sud, 2007). Ecouter l’émission

Emission du 1er janvier 2008 Invitée : Laetitia Schweitzer, doctorante qui a réalisé une étude sur le mise en place des cartes à puces dans les transports publics, notamment à Grenoble. Ecouter l’émission

Emission du 18 décembre 2007 Invité : Carlos Lopez, responsable Ile-de-France du SNPES-PJJ/FSU, syndicat qui milite contre les établissements pénitentiaires pour mineurs, créés par la loi Perben de 2002. Quatre ont déjà ouvert (Lavaur dans le Tarn, Meyzieu en Rhône-Alpes, Marseille dans les Bouches-du-Rhône et Quièvrechain dans le Nord), ceux de Porcheville (Yvelines), Chauconin (Seine-et-Marne) et Orvault (Loire-Atlantique) ne devraient pas tarder. Ecouter l’émission

Emission du mardi 4 décembre 2007 Intervention de Célia Izoard, lors de la conférence "Biométrie, fichages, puçages : attention à la dérive sécuritaire", organisée par le salon Marjolaine le 16 novembre 2007. Célia Izoard fait partie du groupe Oblomoff, de la Coordination contre la biométrie. Elle a participé à l’ouvrage collectif "La tyrannie technologique", aux éditions L’Echappée, publié en mai 2007. Cet enregistrement a été réalisé par Dif Production. Ecouter l’enregistrement

Emission du mardi 20 novembre 2007 avec notamment l’intervention de Jean-Philippe Joseph, professeur d’économie et de droit, à l’occasion de la conférence donnée au salon Marjolaine le vendredi 16 novembre et intitulée : Biométrie, fichages, puçages, attention à la dérive sécuritaire. Jean-Philippe Joseph s’intéresse au développement des technologies sécuritaires et du biopouvoir dans les établissements scolaires. L’enregistrement de la conférence, dont on écoute ici un extrait, a été réalisé par Dif Productions. Ecouter l’émission

Emission du mardi 6 novembre 2007 autour du livre de Michel Alberganti : "Sous l’oeil des puces (la RFID et la démocratie)" (Actes Sud, 2007). Ecouter l’émission.

Emission du 9 octobre 2007 avec Roland Lézard, de Sud RATP. Le point sur les caméras de vidéosurveillance dans le métro et les bus, ainsi que la carte Navigo. Ecouter l’émission

Emission du 5 juin 2007. Reportage à la cité des Sciences et de l’Industrie autour de "Expo nano", exposition sur les nanotechnologies. Reportage à la gare Montparnasse sur le tapis roulant grande vitesse, lieu d’une action anticaméras de Souriez vous êtes filmé-e-s. Ecouter l’émission

Entretien avec Gilles Paté, designer et artiste :

une visite de la place de Clichy à Paris sous l’angle de son aménagement sécuritaire (diffusé le 10 avril 2007).

Emission du 22 janvier 2007. Présentation des nominés aux BBA 2007 qui a eu lieu le 20 janvier. Invités : Jérôme Torel, organisateur des BBA et Maurice Rajsfus, membre du jury des BBA 2007, mais également historien et auteur de nombreux ouvrages sur la police et les atteintes aux libertés. Ecouter l’émission

Emission du 10 décembre 2006. Interview de Jean-Pierre Petit, militant de Souriez vous êtes filmé-e-s, de retour de Ploërmel (Morbihan), petite commune de 9000 habitants qui a installé des caméras de vidéosurveillance en 2005. Le collectif Ploermel sans vidéos "fêtait" ce premier anniversaire, le même week-end que l’inauguration de la statue de Jean-Paul 2 par le maire sur la place centrale de la ville. La brigade activiste des clowns initiait, elle, une action contre cette statue. Ecouter l’émission

Emission du 24 octobre 2006. Le fichage ADN avec comme invité Yann des Déboulonneurs. Ces derniers ont refusé le prélèvement ADN lors de leur garde à vue suite à une action de barbouillage de publicités illégales le 29 septembre 2006. Autre intervention par téléphone de Benjamin Deceuninck, faucheur OGM, le premier à avoir refusé le prélèvement ADN. Ecouter l’émission

Portfolio

Ecouter les Amis d'Orwell

Documents joints

Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
squelettes spip SPIP Suivre la vie du site @elastick.net